Règne animal – Fly, le chien qui partage la passion de son maître en parapente : quelques appréciations du toutou.

 Sud Ouest 07/06/2012 Par Didier Piganeau
Charente-Maritime : ce chien qui fait du parapente avec son maître
Fly, croisement de pinscher et de shi-tzu, fait du parapente avec son maître
Fly adore les balades dans le ciel en parapente avec Claude son maître. (PHOTO D. P.)
Il n’a pas forcément la carrure d’un as du parapente, que l’on imagine plutôt sportif et musclé. Fly est ce que l’on pourrait appeler un petit gabarit, avec ses 4,5 kg tout mouillé.
Âgé d’un an et demi, Fly, lointain parent d’un pinscher du côté de son père et vague descendant d’un shi-tzu à poils longs côté maternel, est passionné de vol libre depuis son plus son plus jeune âge. « J’ai commencé à deux mois et demi, jappe-t-il avec son fort accent de Charentais de Saint-Palais, mon maître Claude de Monti, lui-même passionné de parapente depuis une vingtaine d’années, a tenu à ce que je commence très jeune pour m’habituer à l’altitude. »
Claude de Monti, qui a volé sur tous les meilleurs « spots » de France, aussi bien dans les Alpes que dans les Pyrénées ou à la dune du Pyla, adore partager sa passion avec un passager. Du reste, sa voile, orange et blanche, qui est exposée sous le chapiteau de Rêve d’Icare, ne s’appelle-t-elle pas « A2 C mieux » ? (1).
  « J’observe le paysage »
Fly reconnaît volontiers qu’au bout des suspentes du parapente, son rôle de copilote est assez passif. « J’observe le paysage, et… je mate les chiens. Oui, c’est vrai, dès que j’en vois un en bas, je suis tout excité. Il est vrai que ça doit les faire baver de me voir dans le ciel. »
Claude confirme : « On sent que Fly est vraiment très content de voler. Ça se remarque dès que je l’attache dans son harnais fabriqué pour lui et que je le fixe sur mes genoux. » Dès que Claude sort le matériel pour une balade dans le ciel, Fly frétille. « Je saute dans mon coupe-vent orange et j’enfile mes lunettes… » L’hiver, le canidé ose la casquette, mais n’aime pas trop ce côté « un peu clown ». « Je ne suis pas là pour faire du genre, mais pour partager ma passion avec Claude. »
Autant dire, malgré tout, que Claude est la vedette dans le petit monde du parapente. Claude, cet humain que Fly trimbale – sans laisse – est sur tous les spots. « Chaque fois, il y a des gens qui viennent nous voir, nous photographier, nous sommes archiconnus dans le milieu, assure le pinscher- shi-tzu. Je suis je crois, dans le coin, le seul chien qui vole avec son homme. »
Seuls en Pays royannais
Bien qu’il ne soit pas forcément casanier, Fly a la particularité de voler essentiellement en Pays royannais. En réalité, c’est Claude qui impose ces choix. « Aussi curieux que cela puisse paraître, nous volons beaucoup en Pays royannais ; il y a des coins remarquables pour le vol « dynamique », c’est-à-dire que l’on utilise la force du vent qui vient buter conte un obstacle et qui permet, de ce fait, de se maintenir, c’est ce que l’on appelle le vol de pente », explique Claude, familier des dunes de la Côte sauvage, de la pointe espagnole ou encore des falaises de Talmont, de Mortagne-sur-Gironde ou de la butte de Beaumont. « Nous sommes le seul tandem, et même le seul parapente de tout le Pays royannais », glapit Fly, très fier de cette double particularité.
(1) Rêve d’Icare, c’est jusqu’à dimanche prochain, plage de la Grande Conche à Royan. 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.