La Mia : voiture électrique fabriquée à Cerizay (79) est exposée au Parc de Blossac de Poitiers. Vidéo

La Nouvelle République 04/07/2012 Vienne Poitiers

La Mia, voiture 100 % électrique à l’essai à Blossac

La voiture électrique fabriquée à Cerizay (79) est exposée au Parc de Blossac de Poitiers. Malgré son coût, des devis sont établis car elle consomme peu et n’engendre pas de gros frais d’entretien.
Dans la Mia, le chauffeur est en position centrale. Le véhicule est équipé de portes coulissantes.
Elle est facile à conduire, ne fait pas de bruit, consomme peu… Le seul hic : son prix de vente. La Mia commence pourtant à trouver des acquéreurs. La voiture 100 % électrique fabriquée à Cerizay (79) est exposée et à l’essai depuis hier et aujourd’hui encore au Parc de Blossac, à Poitiers.
 «  On a les mêmes sensations qu’avec une voiture traditionnelle  »
La société indépendante Mia Electric a repris une part de l’activité d’Heuliez et y emploie 200 personnes. Elle a sorti quelque 1.000 modèles depuis novembre 2011, soit une cinquantaine par mois. « Cela suit le cours de l’automobile mais on en vend », signale Dominique Ménager, commercial.
Les Mia fonctionnent à partir de batteries de 8 ou 12 kW qui se rechargent à la maison, permettent de parcourir de 60 à 120 km selon le modèle et ne consomment qu’un euro d’électricité pour 100 km. Même si elles sont peu gourmandes et que les pannes restent minimes selon Dominique Ménager, l’investissement est important. Avant de signer le bon d’achat mieux vaut prendre sa calculette.
Le véhicule convient particulièrement à ceux qui roulent en milieux urbain ou périurbain et parcourent plusieurs dizaines de kilomètres par jour. Son prix : à partir de 8.000 euros avec les aides de la Région mais à cela il faut ajouter la location de la batterie (49 euros par mois pour la 8 kW). Il peut grimper jusqu’à 25.000 euros équipé de la batterie et de quelques options. « Elle est encore un peu chère », considère Olivier Michel qui a fait établir un devis hier : 23.000 euros avec des jantes optionnelles et un autoradio. « J’ai calculé que je l’amortirai en cinq ans malgré tout. »
« Je suis agréablement surpris, déclarait Jean-Pierre Coillot après l’avoir également essayée. Elle accélère bien, monte bien les côtes. On a les mêmes sensations qu’avec une voiture traditionnelle. Je pensais qu’on s’y trouvait à l’étroit, que ça vibrait comme une voiture sans permis. Pas du tout ! » Jean-Pierre Coillot est toutefois plus réservé quant au devenir à terme des batteries et à l’impact sur l’environnement du 100 % électrique.
Stéphanie Comte
Vidéo

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Transport, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.