Ramassage des déchets, transport de personnes, la Ville de Niort expérimente jusqu’en septembre l’utilisation d’agents à quatre pattes

La Nouvelle République 12/07/2012 05:46

Le cheval territorial à l’essai tout l’été

Le cheval territorial semble faire preuve d’une productivité équivalente à celle des véhicules motorisés pour la collecte des déchets, avec un impact environnemental moindre. – (Photo Vivre à Niort, Bruno Debord)
Vous les avez peut-être croisés au printemps, charriant les détritus dans le centre-ville. Aujourd’hui, ils assurent des rotations entre la place de la Brèche et Pré-Leroy. Eux ? Les chevaux territoriaux, utilisés à titre expérimental cette année dans la cité.
L’essai a débuté cet hiver. Reconduit depuis mai, il répond à plusieurs objectifs. « D’abord, recréer du lien social entre les agents municipaux et la population. A ce titre, le cheval est un excellent médiateur », avance Jean-Christophe Billard, responsable du projet cheval en ville. Les préoccupations écologiques suivent : « Dans le cas du ramassage des déchets, les émissions en carbone baissent de 20 à 25 % avec le transport équin. »
A cela s’ajoutent des nuisances sonores et olfactives moindres pour une productivité équivalente. Car si le cheval se déplace moins vite, sa résistance et la capacité de la benne qu’il transporte permettent de limiter les allers-retours vers le centre de tri.
«  Un retour aux sources  »
Pour l’adjointe Chantal Barré, il s’agit « d’un retour aux sources dans une ville encore dessinée par le transport hippomobile du siècle dernier, mais en aucun cas d’une vision passéiste ».
« La réintroduction du cheval dans les espaces urbains recouvre une forme de modernité et répond aux enjeux environnementaux et sociaux », insiste Jean-Christophe Billard.
Faire de Niort une ville équine, c’est aussi redonner leur place aux races locales, traits poitevins ou mulassiers du Poitou.
Pour l’instant, ces animaux et leurs meneurs sont fournis à la Ville par un prestataire de service. Avant un investissement municipal dans des chevaux et des écuries ? « Il est encore trop tôt pour répondre, explique Chantal Barré. Si la présence du cheval territorial est pérennisée, il nous faudra étudier tous les cas de figure sur le plan économique. Aucune décision n’est attendue avant la fin de l’année », rappelle l’élue.
Quant aux agents municipaux concernés, après quelques réticences, ils ont été plus nombreux à se porter volontaires pour cette deuxième phase d’expérimentation. « Signe qu’au travail, les chevaux ont déjà séduit », glisse Jean-Christophe Billard.
Jusqu’à la fin du mois d’août, les équidés transporteront des voyageurs dans le cadre de Niort-plage. Ils reprendront ensuite leur mission de propreté pour un dernier mois d’expérimentation en septembre.
nr.niort@nrco.fr Céline Landreau

* * *

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Ecologie, Economie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.