La France commence son retrait total en Afghanistan

Le Monde du 01/08/2012

L’armée française a officiellement quitté mardi le district de Surobi, près de Kaboul, une étape importante sur la voie du retrait total de ses troupes d’Afghanistan prévu pour la fin 2013.

En réalité un premier retrait a déjà eu lieu en octobre 2011, indique le ministère de la défense. Surobi, dont le contrôle avait officiellement été transféré aux forces afghanes le 12 avril, était l’un des trois points de déploiement principaux des quelque 3 000 soldats français encore présents dans le pays avec la province voisine de Kapisa (nord-est) et Kaboul.
 Les derniers 250 soldats français déployés dans le district de Surobi ont quitté mardi la base de Tora, où était installé leur commandement. Seule une centaine d’entre eux rentreront en France, les autres restant stationnés à Kaboul au sein d’une force de réaction rapide chargée d’appuyer au besoin les forces afghanes dans la région. Surobi abrite notamment la vallée d’Uzbin, où l’armée française a perdu en 2008 11 soldats à la suite d’une embuscade.

 

 La province voisine de Kapisa, transférée aux autorités afghanes début juillet mais où les Français sont encore déployés, apparaît elle bien plus instable que Surobi car très infiltrée par la rébellion. 53 des 87 soldats français morts dans le pays depuis la fin 2001 ont péri dans cette province stratégique située entre Kaboul et l’Est afghan, dont les 24 tués en 2011, l’année la plus meurtrière pour la France dans le pays. Paris, qui comptait 4 000 soldats en Afghanistan à la mi-2011, prévoit de n’en compter plus que 1 400 fin décembre 2012, soit deux ans avant le départ prévu des dernières troupes de l’ISAF.
 Selon ce calendrier arrêté par François Hollande, la France aura retiré à cette date ses derniers 2 000 soldats « combattants ».

 La Grande Muette sacrifiée

Le ministère de la défense sera contraint de reporter pour quelque six milliards d’euros de commandes prévues en 2012-2013, dans le budget 2013, rapportent Les Echos mercredi.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.