Syrie : impuissance de l’ONU, Kofi Annan démissionne

L’Assemblée générale de l’ONU doit voter vendredi sur une résolution présentée par le groupe des pays arabes qui dénonce le bombardement des villes rebelles par l’armée syrienne et réclame une transition politique en Syrie.
Cette initiative a une portée essentiellement symbolique puisque l’Assemblée ne peut émettre que des recommandations, contrairement au Conseil de sécurité. Kofi Annan a démissionné jeudi de son poste de médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie après cinq mois d’efforts infructueux, fustigeant le manque de soutien des grandes puissances à sa mission. « J’ai fait de mon mieux », a déclaré M. Annan à la presse à Genève, mais « la militarisation croissante sur le terrain et le manque évident d’unité au sein du Conseil de sécurité ont fondamentalement changé les circonstances pour l’exercice effectif de mon rôle ».
Le Conseil de sécurité de l’ONU a jusqu’à présent échoué à faire pression sur les protagonistes du conflit syrien, et en premier lieu sur Damas, à cause de l’obstruction systématique de Moscou et de Pékin, qui ont mis leur veto à trois reprises à des projets de résolution occidentaux au Conseil depuis le début de la crise en mars 2011.
 La Maison Blanche a rendu Moscou et Pékin responsables de l’échec de M. Annan. Damas a de son côté accusé les « Etats qui cherchent à déstabiliser la Syrie d’avoir entravé » la mission Annan. Les violences continuent de tuer des dizaines de civils tous les jours à travers le pays où selon l’observatoire syrien des droits de l’homme plus de 120 personnes ont encore péri jeudi, en majorité des civils. La spirale de violence a poussé à la fuite des centaines de milliers de personnes et provoqué une crise humanitaire, la FAO faisant état de trois millions de Syriens ayant un besoin urgent de nourriture et d’aide.
Le Monde du 03/08/2012

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.