Lac de Gioule – Les cigognes dans les Landes

Sud-Ouest-14/08/2012 Extrait

Depuis le mois de juillet, les cigognes viennent par dizaines durant la journée au lac de Gioule dans les Landes, avant de repartir le soir. On dénombre entre 15 et 30 cigognes tous les jours.
Nous sommes à Lussagnet, près du Vignau. Depuis le mois de juillet, les cigognes investissent quotidiennement l’est du lac de Gioule qui se trouve juste à côté. « Les cigognes arrivent en fin de matinée, vers 10-11 heures, et repartent en fin de journée vers le Gers », témoigne Hervé Laborde.

Elles se posent à l’est de la petite digue du lac de Gioule à l’abri des regards, se mêlant aux hérons et aux aigrettes. « Les premières arrivent quand le lac est plein, entre février et avril. Mais depuis peu, on en compte régulièrement entre 20 et 30, poursuit le chasseur et pêcheur.
 L’autre jour, j’en ai vu une qui plongeait le bec dans l’eau. Je ne sais pas si elle pêchait l’écrevisse ou autre chose. » Ce qui est sûr, c’est que la faune ne manque pas autour de ce qui, l’été, ressemble à une immense mare : alevins, batraciens, ragondins attirés par le maïs… sans oublier les sangliers qui viennent prendre leur bain de boue pour se débarrasser de leurs parasites. «
En novembre, il y a aussi les grues qui viennent par centaines. Il faut les entendre chanter ! »
Un phénomène aquitain
Dans la région, les cigognent semblent s’installer peu à peu. Laurent Couzi, directeur de la Ligue protectrice des oiseaux d’Aquitaine, parle d’environ 200 à 300 couples nicheurs dans la région, et il semblerait qu’ils soient de plus en plus à ne pas migrer l’hiver. Un comportement que Laurent Couzi explique à la fois par les derniers hivers plus doux, mais aussi par les programmes de sauvegarde locaux (installation de nids artificiels notamment). Quant aux rassemblements ponctuels d’été, ils seraient liés à la migration : « En cette saison, les cigogne s’apprêtent à partir en migration, indique Laurent Couzi. Il y a donc des rassemblements qui s’opèrent et des dortoirs peuvent se former. »
….

Le temps de faire quelques clichés, nous sommes repérés. Comme la veille, une première s’envole et toutes les autres la suivent. Hervé compte jusqu’à 30 minuscules points noirs qui tournent au-dessus du lac jusqu’à ce que les intrus repartent. Ce que nous faisons immédiatement. Mieux vaut ne plus les déranger de la saison pour ne pas les voir partir ailleurs. 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Nature, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.