Australie – Immigration clandestine

Le Monde du 16 août 2012

Asile : l’Australie relance la « solution Pacifique »

Pour les demandeurs d’asile, l’Australie reste une destination marginale : à peine 2,7 % des 441 000 dossiers déposés dans le monde en 2011.

 Pourtant, la question de l’immigration clandestine ne laisse pas de susciter des débats houleux sur l’échiquier politique. Après six semaines d’impasse, le gouvernement travailliste, se fondant sur les recommandations d’un groupe d’experts, a annoncé que tous les « boat people » débarqués sur les côtes ou récupérés en mer seraient renvoyés sur des îles du Pacifique.

 
Concrètement, le premier ministre, Julia Gillard, a donné son assentiment à la réouverture de centres de rétention extraterritoriaux à Nauru et Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée), expliquent  The Guardian. Objectif : dissuader les migrants d’entreprendre un périple très risqué vers l’île-continent0.
Depuis la fin de 2009, en effet, plus de 600 personnes y ont laissé la vie. En sollicitant formellement l’aide d’Etats insulaires du Pacifique, les travaillistes effectuent une volte-face spectaculaire, eux qui, pendant longtemps, ont rejeté la « solution Pacifique » prônée par les conservateurs, pointent de concert le New York Times, le Daily Telegraph et le Christian Science Monitor.
 Un revirement sans doute lié au nombre record d’arrivées (plus de 7 500 personnes depuis le début de l’année), mais aussi à la perspective de nouvelles élections avant la fin de 2013. Reste que cette initiative, conspuée par les défenseurs des droits de l’homme mais avalisée mercredi par la chambre basse du Parlement, est peu propre à endiguer le flux de migrants, s’appuyant sur divers témoignages.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.