Nucléaire – Centrale nucléaire de Doel, près d’Anvers : réunion à Bruxelles des autorités de sûreté des pays européens

 Les agences de sûreté se réunissent à Bruxelles

Le réacteur belge de Doel, dont la cuve présente des défauts, ne redémarrera sans doute pas
A la suite de la découverte, en Belgique, de possibles fissures sur la cuve du réacteur no 3 de la centrale nucléaire de Doel, près d’Anvers, les autorités de sûreté des pays européens susceptibles d’être confrontés au même risque se réuniront le 16 août, à Bruxelles, pour un  » échange d’informations « . C’est ce qu’a annoncé, vendredi 10 août, l’Agence fédérale de contrôle nucléaire belge (AFCN).
Plusieurs pays européens sont sur la sellette. Le groupe néerlandais Rotterdamsche Droogdok Maatschappij, qui a fabriqué la cuve défectueuse, a équipé, outre dix réacteurs aux Etats-Unis, des installations en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Suède et en Suisse (mais aucune en France).
Une liste des réacteurs potentiellement suspects a été établie. Elle comprend un autre réacteur belge, celui de Tihange 2, près de Liège. Pour les autres pays, les informations délivrées au compte-gouttes par les autorités de contrôle respectives confirment que les réacteurs espagnols de Cofrentes et de Santa-Maria de Garona, de même qu’une unité de la centrale suédoise de Ringhals et que le réacteur suisse de Mühleberg, sont pourvus de cuves provenant de la firme néerlandaise incriminée. En revanche, celle-ci a fourni la cuve du réacteur néerlandais de Borssele mais ne l’aurait pas fabriquée. En Allemagne, les deux réacteurs concernés ne sont plus en activité.
La Commission européenne a préconisé un contrôle de toutes les installations suspectes, mais ses recommandations n’ont pas force d’obligation. Il reviendra donc à chaque pays de décider des éventuelles mesures à prendre.
En Belgique, le directeur de l’AFCN, Willy De Roovere, s’est dit, vendredi,  » assez sceptique «  quant à un redémarrage du réacteur de Doel.  » Il y a un peu trop de défectuosités à notre goût « , a-t-il précisé. Et  » une réparation de la cuve est quasiment impossible « .
Pierre Le Hir (avec AFP)
12/13/1/08/2012 © Le Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Energie, Europe, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.