Des grincements dans la machine à piston d’Ile-de-France… suite

Le Canard Enchaîné du 29 août 2012 – Hervé Liffran et Dominique Simonnot
Suite à l’Article du « Canard » de la semaine précédente (22/08) : Une machine à piston pour les élus franciliens et leur famille
Les révélations du « Canard » sur le comité régional de tourisme (CRT) d’Ile-de-France, devenu la machine à piston des élus de la Région, ont valu une sérieuse avoinée au directeur général de cet organisme public, Jean-Pierre Blat. Mais ce ‘est pas pour avoir embauché à tour de bras les enfants, conjoints, proches ou amis de cœur des élus que ses chefs lui ont remonté les bretelles.
Son tort : avoir avoué au Palmipède que, « dans 47% des cas, la présence des salariés (du comité de tourisme) est en lien avec des élus régionaux ou avec leur passé politique ». Depuis, Blat a été prié de revenir sur ses aveux…
L’affaire fait d’autant plus tache qu’aucun des 21 autres comités régionaux de tourisme de l’Hexagone n’a connu pareille inflation de personnel. Alors qu’en Ile-de-France, les effectifs du CRT sont passés de 68 à 186 personnes depuis 2005, d’autres régions –Provence-Alpes-Côte d’Azur, notamment – ont diminué les leurs. Sans que le tourisme local s’en porte plus mal…
Omerta régionale
Pour éteindre l’incendie, le patron du conseil régional, le socialiste Jean-Paul Huchon, doit compter sur l’aide de la droite. Le président UMP de la Commission des finances de la région, le très placide Roger Karoutchi, dirige en effet depuis le printemps dernier une mission d’étude sur la quarantaine d’organismes associés à cette collectivité locale – dont le CRT. L’occasion de faire un brin de ménage dans ce fatras dont l’utilité reste parfois à démontrer.

Jean-Paul Huchon après sa victoire aux régionales en 2010
En réalité, rares sont les élus à souhaiter que ce maquis d’agences, de comités, ou d’observatoires entretenus à grands frais par la Région soit vraiment nettoyé. Car ces multiples organismes – comme les CRT – ont permis de distribuer aux uns et aux autres des titres ronflants, des bureaux et des sinécures. Un petit jeu auquel les Verts se sont montrés aussi doués que leurs alliés socialistes. Et qui a également profité à quelques UMP.
Coupes sélectives
Huchon espérait que la commission Karoutchi se contenterait d’émettre quelques vagues recommandations de meilleure gestion. Mais aujourd’hui, pour rester crédible, celle-ci semble décidée à faire un exemple. Aux dernières nouvelles, c’est l’Agence régionale de développement qui fera les frais de l’opération. Cette association loi 1901 chargée de faciliter l’implantation des entreprises entretient en effet une équipe de 66 personnes et occupe un immeuble de prestige à deux pas de l’Elysée. Le tout pour 11 millions de subventions et une efficacité jugée in certaine par Karoutchi qui s’apprête à réclamer une baisse (modérée) de ses effectifs et son déménagement dans des locaux plus modestes.

Pour l’instant, les autres « comités Théodule » devraient s’en sortir sans trop de casse. Pourtant, leur nombre réserve quelques surprises. Par exemple, la Région ne finance pas moins de sept structures spécialisées dans le domaine de l’emploi et de l’innovation. Et une dizaine sue le terrain de l’écologie. Parmi elles, une Agence régionale de l’’environnement et des nouvelles énergies, une seconde agence chargée des espaces verts, un improbable Observatoire régional des déchets, un Natureparif (pour « nature », « Paris »), un Airparif et un Bruitparif, qui seront bientôt rejoints par un fumeux Ondesparif.
En attendant la création d’un Pistonparif ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Loisirs Tourisme, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.