Industrie de luxe : nous n’avons pas les mêmes valeurs

Dazibaoueb – 2 septembre 2012 – de J.L. Lutte Ouvrière –
Une paire de boucles d’oreilles à 17 500 euros ; un bracelet d’or, de saphirs et de diamants à 76 000 euros ; une montre en diamants noirs à 520 000 euros : vous n’êtes pas dans un chapitre de contes de fée, mais dans la nouvelle boutique Louis-Vuitton (filiale LVMH, numéro un mondial du luxe),qui vient d’ouvrir ses portes à Paris, place Vendôme. 
Boutique Louis Vuitton sur l’avenu des Champs-Elysée à Paris
Le groupe français LVMH va prendre le contrôle du célèbre joaillier italien Bulgari.

Et il faut croire que le marché est porteur, puisque, quelques jours avant l’inauguration de la boutique Vuitton, la marque Chanel a annoncé son intention d’installer, elle aussi, un atelier de haute joaillerie au-dessus de son magasin de la place Vendôme.
 
Ce n’est pas la crise pour tout le monde.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Consumérisme, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.