Sciences et Avenir – 5 septembre 2012 –

L’association de défense de l’environnement Eau et Rivières de Bretagne a déploré mercredi le refus du gouvernement d’annuler un décret controversé adopté par l’ancienne majorité et assouplissant notamment les normes d’épandage des effluents d’élevages industriels, favorisant les algues vertes.
Dans un texte publié au Journal officiel le 30 août, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll (PS) a refusé de réviser le décret tout en se disant « conscient des difficultés que peut poser la mise en œuvre de certaines des dispositions« .
Signé le 21 octobre 2011 par Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministres de l’Agriculture et de l’Environnement, ce décret a notamment rehaussé de manière significative les normes d’épandage.
Ce décret fait l’objet de vives critiques d’organisations de défense de l’environnement et de collectivités locales bretonnes. Les épandages excessifs de lisier et de fumier sont accusés d’augmenter les concentrations de nitrates dans les eaux, nuisant à leur potabilité et favorisant la prolifération des algues vertes.

Décrets nitrates, le changement c’est quand ?
Ce décret qui a fait l’objet de vives critiques de notre part mais aussi de celle des collectivités locales bretonnes est aujourd’hui confirmé par ceux la même qui le critiquaient hier comme en témoigne cet appel du Conseil régional alors présidé par un certain Jean-Yves Le Drian (aujourd’hui ministre de la Défense du gouvernement Ayrault).
Dénonçant « un manque de volonté politique du nouveau gouvernement, Eau et Rivières et FNE qui avaient engagé un recours gracieux contre ces décrets réfléchissent aujourd’hui à engager un recours devant le Conseil d’Etat.
C’était le 27 septembre 2009, 3.000 personnes manifestaient à Hillion (Baie de Saint-Brieuc) contre les algues vertes, pour que l’Etat prenne enfin ses responsabilités et pour que se ferme « le robinet à nitrates ». Un combat qui semble loin d’être terminé. Cela fait 40 ans que cela dure…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, Ecologie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.