Diplomatie marocaine – Sahara occidental : l’attitude du Maroc vilipendée

Le Monde du 07/09/2012

Pour le Maroc, le coup est sévère. A la suite d’une visite au Sahara occidental à la fin du mois d’août, la Fondation Robert-Kennedy (FRK) vient de dresser un rapport « accablant »  contre le royaume chérifien.

 Dans ce document, dont La Tribune, El Watan et Liberté se font l’écho, elle l’accuse de multiples violations des droits de l’homme sur ce territoire grand comme la moitié de la France, que se disputent âprement Rabat et les indépendantistes sahraouis du Front Polisario (soutenus par Alger) depuis 1975.
Dénonçant un « climat de peur », renforcé par « l’impunité quasi absolue » dont jouiraient les forces de sécurité marocaines, elle appelle à l’instauration d’un « mécanisme international permanent » de protection des droits du peuple sahraoui. Cette exhortation n’est pas fortuite : la délégation de la FRK aurait elle-même fait l’objet « d’intimidations ». Seuls points positifs concédés par la Fondation au Maroc : les « changements positifs » liés à l’adoption par référendum, le 1er juillet 2011, de la nouvelle Constitution et la création du Conseil national des droits de l’homme.
 La presse algérienne, elle, se déchaîne, fustigeant, qui la « brutalité » de la police secrète marocaine (L’Expression), qui son « mépris » du « droit à la vie »). Le réquisitoire de la FRK est un « camouflet de plus pour la diplomatie marocaine », jubile Le Quotidien d’Oran.
 De fait, pointe L’Expression, il « remet en selle » Christopher Ross, l’émissaire spécial du secrétaire général de l’ONU, que Rabat s’était échiné à discréditer, après que celui-ci eut établi en avril un rapport de situation sévère à son encontre. Le Maroc, lui, dénonce une « plaidoirie en faveur du Polisario ». Une « attitude partiale », abonde Aufait, qui augure mal d’une résolution rapide de la question du Sahara..

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Droit de l'humain, International, Médias, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.