Neuf-quinze – L’incontournable François Lenglet sur la 2 et la 3 – Le Déficit et le défaut, NOS AMIS MECONNUS

neuf-quinze@arretsurimages.eu 19/09/2012
09h15 – J’avais hier soir l’honneur insigne d’être invité chez Taddei, sur France 3 (1). Et, attendant que l’on en vienne à mon sujet (la vidéo islamophobe), j’avais vue imprenable sur le crâne le plus célèbre de la Bonne Parole Financière, celui de notre ami François Lenglet (2).
Lequel crâne disait une chose très simple, que nous avons déjà dite ici (3). Les créanciers de la dette sont, pour une large part d’entre eux, les épargnants aisés et âgés, au sommet de leur pouvoir d’achat. A supposer qu’un pays décide de faire faillite, ou défaut, totalement ou partiellement, c’est cette tranche de la population, qui se trouverait lésée, au bénéfice des jeunes générations, qui n’ont encore rien épargné, et sont généralement au chômage.

Une sorte de révolution générationnelle. Je me pinçais. C’est vraiment Lenglet, derrière ce crâne, le Lenglet ? Présenté ainsi, un défaut serait-il vraiment l’apocalypse annoncée ? A chacun de le décider. Mais encore faut-il le dire clairement. Tiens, Lenglet pourrait commencer par expliquer cela à tout le monde, sur le plateau du 20 heures de Pujadas, et pas seulement pour les couche-tard qui regardent Taddei. Un soir où il aura cinq minutes, entre deux scoops sur Mahomet

Le déficit et le défaut, nos amis méconnus

Scoop à la Une du Monde: « Comment le traité budgétaire européen va s’appliquer à la France ». Ca, c’est du scoop. Moins sexy évidemment que les caricatures de Mahomet (c’est pourquoi Pujadas ouvre son journal sur celles-ci plutôt que sur celui-là) mais tout de même. Donc, plongeon immédiat dans les pages intérieures, et le premier scoop, attention, le voici: la France va créer un Haut Conseil des finances publiques. Autrement dit, pour faire des économies, on va créer un machin administratif supplémentaire. Avec secrétaires, chauffage, chauffeurs, etc ? Oui, sans doute, normal. Premier scoop.
Ce Haut Conseil sera une vigie. Et que devra surveiller la vigie ? Elle devra surveiller que le « déficit structurel » de la France ne dépasse pas 0,5%. Ah bon ? Enterrés les fameux 3% de déficit simple ? Oui, apparemment. Place au « déficit structurel ». Vous me demanderez (je vous connais bien): le déficit structurel, c’est quoi ? Eh bien voici le second scoop du Monde: personne n’est capable de le dire. Personne. L’OCDE, la Commission Européenne, le FMI, et Bercy, en donnent des définitions différentes. Il est même possible qu’un pays soit estimé, à un moment donné, en déficit structurel, alors qu’il est en réalité en excédent structurel. D’ailleurs, en ce moment, la France est en excédent structurel. Si si, c’est écrit noir sur blanc. On dit du mal de la vieille presse, mais ça vaut tout de même le coup de payer un euro soixante, pour apprendre ça.
A propos de strates administratives, une minute de populisme. Dans l’ambiance générale « réduisons le déficit structurel » (pardon, restons en excédent structurel), ça râcle où ça peut. L’autre soir, à la suite d’un rapport de l’Inspection des finances, Pujadas pointait du doigt les agences de l’Etat (Pôle Emploi, Météo France, etc), véritables passoires à euros. Il parait que l’Etat compte plein d’agences inutiles, dont une (trouvaille de France 2!) chargée d’inspecter les inspecteurs qui inspectent les machines agricoles. Le lendemain, c’étaient les retraités riches qui étaient pointés du doigt. Cette fois, c’était à la suite d’un rapport de la Cour des comptes. Soit dit en passant (voici la minute de populisme), il existe donc deux « grands corps de l’Etat », chargés à peu près de la même mission: surveiller que l’argent public est bien employé. On ne pourrait pas faire des économies en en supprimant une ? Mais patience: peut-être sera-ce une proposition du futur Haut Conseil des finances publiques.
Bref, tout ça pour s’efforcer de rester « dans les 0,5% de déficit structurel ». Pourquoi faut-il y rester ? Pour revenir à l’équilibre budgétaire un jour. A cause de la dette. Qu’il faudra rembourser un jour. Et pourquoi faudra-t-il la rembourser ? Pour ne pas faire faillite, pardi. Et pourquoi ne faudrait-il pas faire faillite ? Pourquoi la faillite serait-elle le mal absolu ? Mais enfin, parce que…parce que…Parce que, c’est mal !
 (1) http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1575
(2) http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4664
 (3) http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4530
Daniel Schneidermann
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Débats Idées Points de vue, Economie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.