Collectif des associations unies : Appel pour un plan d’urgence !

Médiapart 21 septembre 2012 Par Morts de la Rue Collectif
Morts de la Rue appartient au Collectif des Associations Unies pour une Nouvelle politique du logement des personnes sans abri et mal-logées et partage sa vive inquiétude.  
Paris, le 20 septembre 2012 : Appel pour un plan d’urgence !
Lors de sa conférence de presse d’hier, le Collectif des associations unies a appelé à la mise en œuvre d’un plan d’urgence immédiat, piloté par l’Etat
Le Collectif a pris acte d’orientations portées par le gouvernement dans le domaine de l’accès au logement qui vont dans le bon sens (relèvement de la Loi SRU de 20 à 25%, mobilisation du foncier et des logements vacants…). Ces premières mesures doivent être confirmées et renforcées, sachant que de réelles inquiétudes persistent quant aux moyens financiers déployés pour produire 150 000 logements sociaux par an et lutter activement contre l’habitat indigne.
Par ailleurs, les personnes sans-abri et mal logées ne peuvent plus attendre les effets de réformes qui ne se mesureront que sur le long terme. C’est la raison pour laquelle le Collectif demande un plan d’urgence qui vise à :
1/ Décréter un moratoire sur les expulsions locatives sans relogement (avec dédommagement des propriétaires) et sur les démantèlements (sans solution) des campements d’habitat insalubre
2/ Evaluer rapidement les besoins grâce à des cellules d’urgence territorialisées sous l’égide du Préfet, avec l’aide des 115, SIAO, DGCS, associations…, qui devront établir dans la foulée un plan d’action ambitieux
3/ A partir des besoins recensés, mettre en œuvre des réponses dignes et adaptées, pour appliquer les principes (inscrits dans la loi) d’inconditionnalité de l’accueil et de continuité de la prise en charge :
–  Création/pérennisation de places d’hébergement (le président de la République s’est engagé à créer 15 000 places supplémentaires sur 5 ans), recherche de solutions ‘’alternatives’’ transitoires, utilisation de bâtiments et de terrains disponibles et rapidement mobilisables
–  Accompagnement individualisé et global des personnes, par un renforcement des équipes de travailleurs sociaux
–  Renforcement des équipes mobiles lorsqu’elles sont insuffisantes ou fragilisées, pour aller au-devant des personnes
4/ Simultanément, organiser une opération massive d’accès au logement : mobilisation de tous les contingents (Préfectures, Action Logement, collectivités, bailleurs), développement du conventionnement privé à vocation sociale, de l’intermédiation locative, mobilisation des logements vacants…
Le pilotage de ce plan doit se faire avec les acteurs de l’urgence et de l’insertion (institutionnels comme associatifs) mais aussi de la Santé, de la Justice, des collectivités et les personnes concernées elles-mêmes.
Aujourd’hui plus que jamais, la défense des plus vulnérables  doit être la priorité absolue du gouvernement.
Les personnes et les familles à la rue ne peuvent plus attendre, nous pouvons et nous devons le faire !
Édition : Vivre à la rue tue
Au moins 377 sans domicile fixe sont morts en France en 2008. En réalité, certainement beaucoup plus. Mais l’Etat refuse de mesurer cette tragédie. Mediapart a donc décidé de s’associer au collectif Les morts de la rue pour dénoncer un double scandale: l’incurie des politiques publiques, et la volonté des gouvernants de cacher que la rue tue. La carte des sans-abri décédés cette année montre que toutes les régions sont touchées. Et rappelle que, quand on vit à la rue, on meurt en moyenne à l’âge de 49 ans, que ce soit de violence, de maladie ou simplement d’isolement.
Les rédacteurs : Michaël Hajdenberg  Morts de la Rue Collectif 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Droit de l'humain, Social, Solidarité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.