Europe – Le haïku de gueule de Herman van Rompuy

Lesoir.be mardi 25 /09/2012 par PIERRE-HENRI THOMAS
Pourquoi un Président de l’Union européenne plutôt habitué à communiquer en haïku (petit poème japonais en trois phrases) utilise-t-il soudain Twitter et son blog pour dire à l’Europe entière que cela urge et qu’il est temps de sauver l’euro ?
D’abord parce que cela urge vraiment : la Grèce exaspère ses créanciers en tardant à mettre en place des mesures décidées depuis des mois. Et l’Espagne, dont le système bancaire est en perdition, n’a toujours pas actionné la sonnette d’alarme.
Mais le message d’impatience du patron de l’Union européenne est aussi destiné aux moteurs de l’Europe, et en premier lieu, à l’Allemagne. Car, comme on a pu s’en rendre compte lors du récent conseil européen des ministres des Finances de Nicosie, on palabre sous l’olivier, on avance des idées. Mais on trouve toutes les mauvaises raisons pour ne pas les mettre en œuvre.
Alors que le politique paresse, les autres institutions européennes, elles, font leur job. Souvenons-nous : en juin, le Conseil européen qui réunit les chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’Union décide de créer un gendarme européen unique pour les banques ainsi qu’un système permettant de sauver les banques d’un pays sans devoir mettre les finances publiques de ce pays à contribution. On libérait ainsi les pays fragiles d’un poids énorme. Pendant l’été, la Commission européenne travaille donc d’arrache-pied et ce projet de supervision bancaire unique est présenté voici quelques jours.
De son côté, la Banque centrale européenne, convaincue elle aussi de l’urgence, tord son mandat et accepte lors de sa réunion de rentrée, d’acheter sans limite les obligations des pays européens en difficultés. Les pièces du puzzle se mettent en place. Les marchés financiers commencent à trouver risqué de spéculer contre l’euro.
Mais depuis deux semaines, les querelles entre nations reprennent le dessus : certains pays (Allemagne, Pologne…) rechignent à l’idée de voir un superviseur bancaire européen s’occuper de leurs banques. Un groupe de faucons veut aussi que l’on continue à pénaliser budgétairement les pays qui feraient appel au mécanisme européen pour sauver leurs banques.
On retombe dans la palabre, et le risque est immense de perdre ce qui a été engrangé pendant l’été. Cet immobilisme devient criminel alors que des pans entiers de la zone euro sombrent dans la récession.
Vidéo de Herman van Rompuy sur le sens de l’urgence

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, Europe, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.