Premier ministre Jean-Marc Ayrault, père la rigueur, affiche son volontarisme

Le Monde 28/09/2012
Les  Français seront soumis en 2013 à une cure de rigueur historique pour tenter de ramener le déficit à 3 % du PIB.
A la veille de la présentation d’un projet de budget 2013 jugé trop optimiste par les économistes et l’opposition, le premier ministre a opposé hier soir aux sceptiques de tous bords une ligne volontariste en matière de croissance et de lutte contre le chômage. « C’est un budget de combat, c’est un budget de reconstruction », a-t-il déclaré, lors de l’émission « Des paroles et des actes », sur France 2.
 Le projet de budget 2013, qui sera dévoilé aujourd’hui, prévoit 20 milliards d’euros d’impôts nouveaux et 10 milliards d’économies. Pas question pour autant d’augmenter la contribution sociale généralisée (CSG) et la TVA en 2013, a juré le premier ministre, qui a aussi assuré que « neuf contribuables sur dix » ne seraient pas concernés par les augmentations d’impôt programmées.
 L’hypothèse d’une croissance du PIB de 0,8 % l’an prochain, retenue par le gouvernement pour élaborer son budget, est « réaliste et atteignable », selon le chef du gouvernement.
 Alors que le nombre de chômeurs sans aucune activité a franchi le seuil des trois millions en France métropolitaine, M. Ayrault a réitéré la promesse de François Hollande d’inverser la courbe du chômage d’ici à la  fin de 2013 — avec néanmoins une nuance : « Je ne sais pas si nous y parviendrons, mais il faut tout faire pour y parvenir », a-t-il dit. Une tâche difficile alors que la croissance a été nulle au 2e trimestre, selon l’Insee.
Note Il y a un tel changement de gouvernement, ou nous étions habitués à entendre des annonces répétées, que les journalistes ne peuvent se faire à l’idée d’ « attendre » un peu en raison de ce nouveau fonctionnement. Et, l’attitude des journalistes, hier au soir, était quelque peu hostile, tout au moins,  acharnée dans les questions insidieuses de ce qui ne pourra pas se résoudre d’un coup de baguette magique après les dix années écoulées. 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article a été publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, Médias, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.