Éducation – Les bac pros dans la galère universitaire

Le Monde du 1er octobre 2012
 » Inscrits en première année de faculté de lettres modernes, ou d’histoire, sans avoir jamais rédigé la moindre dissertation, ni même parfois lu autre chose que des magazines, ils n’ont, statistiquement, quasiment aucune chance de se hisser en deuxième année. Mais depuis deux ou trois ans, ils affluent à l’université de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), ces bacheliers professionnels et techniques que leur cursus secondaire destinait à des études supérieures bien moins conceptuelles.
 Phénomène de crise, comprend-on en filigrane des explications fournies par Didier Desponds, vice-président (chargé de la formation et de la vie étudiante) d’une université que ce bouleversement des profils étudiants oblige aujourd’hui à se repenser. D’un côté, ‘les filières sélectives, comme les BTS, les IUT, attirent davantage de jeunes issus’ […]. »
Lu sur Une année en France
Université de Cergy-Pontoise

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Education, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.