Pays basque : situation explosive : Pascal Madry, économiste et urbaniste, a sonné l’alarme, évoquant une situation inédite en France.

 

Sud-Ouest 06/10/2012 Par Emmanuelle fère
« Le commerce est entré dans sa bulle spéculative », prévient Pascal Madry. L’expert note l’inflation de projets d’investisseurs, qui sont en quelque sorte déconnectés de la sphère de l’économie réelle. « La bulle spéculative risque d’exploser en plein vol comme cela a été le cas en Espagne.

Pays basque: La guerre des m2 est déclarée

Avec la multiplication de projets dont celui d’un Ikea, Pays basque et sud Landes sont dans une situation inédite et explosive

Le déboisement de la zone Ametzondo, vouée à accueillir Ikea, devrait débuter en novembre. (photo bertrand lapègue)
En matière d’aménagement commercial dans le sud Landes et dans le Pays basque, de nombreux coups sont déjà partis. La guerre des m² semble inévitable. L’arrivée du géant Ikea dans la zone Ametzondo (intersection de l’A 63 et A 64) est le projet le plus connu. Mais si on y ajoute les Allées Shopping à Ondres (Seignanx), à 13 km de Bayonne, l’extension de BAB2 à Anglet, la Halle d’Iraty à Biarritz, et d’autres dossiers en cours), on atteint les 500 000m2.
Le chiffre est avancé par Pascal Madry, directeur de l’Institut pour la ville et le commerce, qui était hier l’invité de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Bayonne Pays basque. Histoire d’évangéliser les acteurs locaux. L’économiste et urbaniste a sonné l’alarme, évoquant une situation inédite en France. « Si tous les projets lancés voient le jour, l’offre commerciale dépassera celle d’une agglomération telle que Strasbourg. Ne soyez pas dans dix ans l’exemple qu’il n’aura pas fallu suivre », a alerté l’expert, dénonçant le « manque de vision politique », et la logique de « pré carré ».
Créations et extensions
ikea Création de 57 000 m2 à la jonction de Bayonne, Mouguerre et Saint-Pierre-d’Irube, dont 5 000 m2 de surface alimentaire (Carrefour). Permis de construire accordé. Recours à purger au tribunal administratif. Projet prévu pour 2015.
 allées shopping à Ondres (Seignanx), à 13 km de Bayonne, le groupe Sodec prévoit d’aménager 80 000 m2 de surface de vente, en deux phases : 54 000 m2 et 25 000 m2. Un hypermarché Auchan de 12 000 m2 est annoncé.
 carrefour bab2 à Anglet, extension de 8 000 m2 loisirs défendue par le groupe Unibail Rodamco, dont le déménagement de Monciné. En discussion à l’Agglo.
village iraty à Biarritz, à proximité du quartier de La Négresse, l’entrepreneur Pierre Delalonde avance le concept de « village lent » et de « l’éco-gastronomie ». 10 120 m2. Dossier déposé en préfecture vendredi 28 septembre.
 stade aguilera L’extension de l’équipement est conditionnée à l’arrivée de surfaces commerciales. Le projet de Serge Blanco est en attente du feu vert de Biarritz.
dans l’alimentaire Les surfaces existantes ont des projets d’extension : 3 200 m2 pour Leclerc Anglet, 10 175 m2 pour Géant Casino Anglet, 5 930 m2 pour Leclerc Bayonne, 3 000 m2 pour Intermarché Bidart, 6 019 m2 pour Carrefour Tarnos.
1. Mètres carrés et pré carré
Le discours musclé de Pascal Madry est une nouveauté dans le paysage, mais nombreux sont les acteurs locaux, qui ont déjà alerté. « Selon nos calculs, pour absorber cette croissance exponentielle de l’offre commerciale, il faudrait une augmentation de la population de 115 000 habitants, soit 52 500 ménages. Or, les prévisions du Schéma de cohérence territoriale (Scot) – lire par ailleurs – tablent sur environ 35 000 habitants supplémentaires en 2025 », a soulevé hier André Garreta, président de la CCI.
« Il faut faire attention à ne pas multiplier les surfaces nouvelles, au risque de provoquer des friches commerciales », prévient Jean-Pierre Voisin, président de l’Agence d’Urbanisme Atlantique et Pyrénées (AUAP), et adjoint à l’urbanisme de la Ville d’Anglet. Sur le diagnostic, chacun s’accorde. Trop de mètres carrés. Mais sur la purge à appliquer : non, pas pour moi. Chacun défend son pré carré. Ikea et ses 57 000 m2 dont 5 000 m2 de moyenne surface alimentaire sont portés par Jean Grenet, président de l’Agglo, et par la CCI. « Si on ne l’avait pas accepté ici, Ikea serait allé à Irun, on aurait tous les inconvénients, sans les avantages », assure Jean Grenet. La ville d’Anglet verrait, elle d’un bon œil l’extension loisirs de la galerie de BAB2, car elle constitue « une offre de centre-ville ». Le groupe d’immobilier commercial Unibail Rodamco demandait 11 046 m2 pour son extension, les discussions avec l’Agglomération orientent désormais le projet vers les 8 000 m2.
2. Urbanisme bien tardif
L’Agglomération bayonnaise a attendu mars 2012 pour se doter d’un Schéma d’armature commerciale. Et le Scot, qui constitue le document de planification urbanistique à l’échelle du bassin de vie (48 communes du sud Landes et du Pays basque), lancé en 1999, devrait être rédigé fin 2013, selon Jean-René Etchegaray, président du Scot.
Le territoire a attendu pour se doter de documents d’urbanisme à son échelle. Trop attendu. « En 2002, j’ai demandé la création d’un Schéma d’aménagement commercial pour l’Agglomération », se souvient Jean Grenet. « Personne n’a voulu se lancer, et ce sont les intérêts économiques qui l’ont emporté. »
En mars 2012, l’adoption du Schéma d’aménagement commercial en conseil communautaire a tout de même permis de réduire de moitié le projet, défendu par Didier Borotra, de la Halle d’Iraty à Biarritz. « Le schéma a été adopté même si les élus biarrots se sont abstenus », mentionne Jean Grenet. Aujourd’hui, le dossier rédigé par l’entrepreneur du cru Pierre Delalonde est passé de 18 000 m2 à 10 120 m2, sur un foncier d’environ 78 000 m2. Le projet de ce village d’activités qui prend pour exemple le concept de Bercy Village (Paris) a été à nouveau déposé en préfecture vendredi 28 septembre, pour examen par la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC).
3. Logique financière à l’œuvre
Mais les élus locaux auraient-ils été plus prompts à rédiger une vue d’ensemble, la face de l’aménagement commercial en aurait-elle été modifiée ? Pas sûr. « Les politiques sont élus pour porter le projet de leur territoire, et nous n’avons pas beaucoup de moyens pour contrecarrer les projets des autres. Ce sont des géants qui vont s’entre-tuer, mais avant il ne faut pas qu’ils tuent notre centre-ville. » Au sein du géant suédois Ikea, la Ville de Bayonne a donc négocié la présence… D’un espace de promotion du commerce et du tourisme bayonnais. Et une navette centre-ville Ikea fonctionnera le week-end.
Enfin, les projets qui sortiront de terre dans les prochaines années sont portés par un modèle dont la rentabilité n’est pas assise sur le succès commercial, mais sur le profit dégagé par l’aménageur. Sur la zone d’Ametzondo, à la jonction de Bayonne, Saint-Pierre-d’Irube et Mouguerre, Inter Ikea Centre Group (IICG), la filiale aménagement du groupe de mobilier en kit commercialisera ses mètres carrés. Carrefour est confirmé. L’enseigne de vêtement H & M, déjà présente à BAB2, est pressentie. Idem pour les allées Shopping du Seignanx, pour lequel le promoteur Sodec a prévu deux tranches. Les premiers 54 000 m2 font l’objet d’une enquête publique. La deuxième tranche est à l’étude en CDAC. Logique d’aménageur plutôt que de commerçant également pour Oxylane, la holding qui chapeaute les marques de sport telles que Decathlon, Tribord ou Quechua, et qui prévoit l’implantation d’un village à Saint-Pierre-d’Irube (lire par ailleurs).
« Le commerce est entré dans sa bulle spéculative », prévient Pascal Madry. L’expert note l’inflation de projets d’investisseurs, qui sont en quelque sorte déconnectés de la sphère de l’économie réelle. « La bulle spéculative risque d’exploser en plein vol comme cela a été le cas en Espagne. Aujourd’hui, on fait trop de mètres carrés, mais nous n’avons pas d’outils de régulation opérationnels », concède Jean Grenet.
Pays basque – Aïnoa

 

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Loisirs Tourisme, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.