La Francophonie dans le monde – Notre dossier sur le sommet de Kinshasa : principaux chiffres du français dans le monde

Organisations internationales : de la langue à la pensée unique

A l’heure ou la francophonie – forte de 220 millions de locuteurs et en expansion grâce au continent africain – est officiellement célébrée au Sommet de Kinshasa (du 12 au 14 octobre), la langue française se trouve très malmenée dans les instances internationales où – telles l’ONU et ses directions ou l’Union européenne – elle dispose pourtant d’un statut officiel privilégié reconnu.
Président de l’Assemblée des fonctionnaires francophones des organisations internationales (AFFOI), Dominique Hoppe dresse un constat sévère de ce déclin à forte signification idéologique, qu’il ne juge pourtant pas inéluctable.

« La diversité est une idée qui renaît »

TV5MONDE 12.10.2012 propos recueillis par Pascal Priestley
S’alarmer du déclin du français dans les institutions internationales relève un peu du lieu commun. Repose t-il sur une réalité ?
Oui, c’est un phénomène qui s’est installé dans la durée. Il n’y a pas un moment précis de rupture mais pour les gens qui sont dans le multilatéral depuis longtemps, les environnements tels qu’on les connaissait il y a vingt, trente ans – où nous avions l’habitude, nous, fonctionnaires internationaux de parler plusieurs langues sans se poser de questions -, ces environnements-là n’existent plus vraiment.
Dans les grandes rencontres multilatérales, on pourrait encore exiger des francophones qu’ils parlent le français mais cela ne changerait pas grand chose. Qu’il y ait ou non une traduction, les idées ont déjà été concertées, discutées, décidées sous la présence hégémonique de l’anglais. Dans le travail quotidien des organisations internationales, on assiste au même phénomène. Le conceptuel étant systématiquement d’origine anglo-saxonne – tous les outils qu’on utilise au quotidien viennent des États-Unis – il est plus facile pour tout le monde de parler anglais ; c’est devenu un phénomène culturel.
Le français, dans un sens, bénéficiait d’une rente officielle héritée des traités et son recul peut paraître logique.
Par conformisme ?
Qui défend le français ?
L’Union européenne, dont la France est une pièce majeure, malmène particulièrement le français en dépit de son statut…
Le moule linguistique est aussi un moule idéologique.
Les pires ennemis de la francophonie dans ces enceintes ne sont-ils pas les francophones eux-même, et singulièrement les Français ?
Il y a encore quelques raisons d’espérer ?
Je crois que oui. En 2009, nous avons commencé à défendre les valeurs de la francophonie au sein des organisations internationales. Trois ans, c’est peu mais nous avons fait depuis des pas de géant. Cette année, pour la journée du français dans les organisations internationales, nous avons sept ou huit directeurs francophones d’organisations internationales qui s’engagent personnellement à soutenir la cause. Cela peut paraître peu mais pour nous, c’est énorme. L’idée de la diversité est une idée qui renaît. Et lorsqu’on souligne que le dynamisme qui accompagne cette diversité est générateur d’économies, là, les oreilles s’ouvrent. Je crois sincèrement qu’on a de bonnes raisons de commencer à être positif. Évidemment, ce n’est pas pour demain matin. Il faudra peut-être autant de temps pour se remettre en ordre que cela en a pris pour se dégrader mais je pense qu’aujourd’hui, nous avons de bonnes raisons d’être optimistes.
XIVème Sommet de la Francophonie à Kinshasa – 2012

La Francophonie dans le monde

AFPL’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) , dont le 14e sommet se tient à Kinshasa samedi et dimanche, se donne pour mission d’organiser « les relations politiques et de coopération entre les États ayant en partage l’usage de la langue française et le respect des valeurs universelles« .
PRINCIPALES DATES DE LA FRANCOPHONIE:
1880: le géographe français Onésime Reclus invente le terme de « francophonie » pour désigner personnes et instances utilisant le français dans le monde.
1926: naissance de l’association des écrivains de langue française (Adelf)
1961: naissance de l’ancêtre de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) qui regroupe aujourd’hui 786 établissements dans 98 pays.
1970: l’idée d’une organisation francophone, lancée par des dirigeants du Sud – notamment le Sénégalais Léopold Sedar Senghor, le Nigérien Diori Hamani, le prince Sihanouk du Cambodge et le Tunisien Habib Bourguiba – prend corps avec l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), ancêtre de l’OIF.
1984: naissance de la chaîne de télévision francophone TV5. Diffusée aujourd’hui dans près de 200 pays et territoires.
1986: premier sommet de la Francophonie à Versailles, sous la présidence de François Mitterrand.
1989: premiers jeux de la Francophonie à Rabat et Casablanca, manifestation sportive et culturelle. Création de l’Université Senghor d’Alexandrie, conçue pour accueillir tous les francophones intéressés par les questions de développement.
1997: Première élection d’un Secrétaire général de la Francophonie, chargé de conduire son action politique. L’Egyptien Boutros Boutros-Ghali est choisi. L’ex-président sénégalais Abdou Diouf lui succède en 2002, est réélu en 2006 puis en 2010 pour quatre ans.
2010: la Francophonie fête son 40e anniversaire.
2012: premier Forum mondial de la langue française à Québec.
 PRINCIPAUX CHIFFRES DU FRANCAIS DANS LE MONDE:
– la Francophonie revendique 220 millions de locuteurs, dont plus de 96 millions en Afrique. 3% de la population mondiale.
9e langue parlée dans le monde, 2e langue de l’Union européenne
60% des francophones ont moins de 30 ans
13 Etats ont le français comme langue officielle unique et 16 comme langue co-officielle.
– les 56 pays membres et les 19 pays observateurs de l’OIF représentent un total de 890 millions d’habitants
– quelque 116 millions de personnes apprennent le français dont environ la moitié comme langue étrangère
– selon les projections de l’OIF, en 2050, près de 85% des 715 millions de francophones vivront en Afrique. En Europe, il n’y aura alors plus que 12% des francophones dans le monde
Cliquez sur l’image pour agrandir la carte

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, International, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.