La Libye face à l’encombrant héritage de Kadhafi

Ils ont gagné la guerre, mais sont en train de perdre la paix. Ils ? Les politiciens libyens, pointe le Guardian.
Un an après la mort de Mouammar Kadhafi tué le 20 octobre 2011 à Syrte, sa ville natale, dans des circonstances opaques (Time) – l’ombre fuligineuse du « Guide » hante toujours une Libye en proie à la violence et au chaos.
Certes, le pays, à la santé économique fragile, jouit d’une liberté accrue sur le plan politique, mais plusieurs pierres d’achoppement grèvent la perspective d’une transition aboutie vers la démocratie. A commencer par le poids des milices armées : si certaines sont rentrées dans le rang, d’autres, lourdement armées, refusent toujours de « jouer le jeu » et de se plier aux injonctions de Tripoli, observe Jeune Afrique.
A cela s’ajoutent, encore plus alarmant, la poussée des groupuscules islamistes, qui semblent opérer en toute impunité. Dans ce contexte hautement volatil,  les autorités issues des élections de juillet – premier scrutin libre de l’ère post-Kadhafi – peinent à faire émerger un Etat doté de structures et d’institutions politiques stables. D’autant que certaines résistances au changement s’expriment plus ou moins violemment à Syrte et à Bani Walid, deux anciens bastions du « kadhafisme ».
 S’il veut relever le défi de la sécurité, le nouveau pouvoir, incarné par Ali Zeidan, n’aura d’autre choix que d’imposer son autorité et, partant, de museler les éléments frondeurs.
 Et la BBC de conclure, en écho : « A moins que les démocrates libyens ne puissent commencer à gouverner, les divisions dans le pays vont s’accroître et davantage de heurts vont éclater (…) L’espoir est toujours vivant en Libye, mais le temps n’est pas élastique ».
Le Monde 22/102012

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Médias, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.