La police chinoise appelle à dénoncer les suicides, contre rétribution

Courrier International – 24 octobre 2012

Les habitants de certaines préfectures tibétaines de la province chinoise du Gansu sont invités à dénoncer à la police quiconque préparerait une immolation, ou aurait aidé quelqu’un à s’immoler par le feu. La police promet une forte récompense, selon une affiche en tibétain dont la photo est parvenue à la rédaction du Tibet Times, basé à Dharamsala, en Inde.
Depuis février 2012, près de 60 personnes se sont immolées par le feu dans les régions tibétaines du Sichuan et du Gansu, la plupart des moines et des nonnes d’une vingtaine d’années. Un grand nombre d’images de ces suicides circule sur internet.
« Récemment, se sont produites plusieurs immolations pour contester les politiques oppressives de l’Etat chinois, à Tsö [Hezuo en chinois] et Labrang [Xiahe], écrit le Tibet Times. Le 21 de ce mois-ci [octobre], les commissariats de Kanlho ont fait savoir qu’il fallait que la population combatte, volontairement et sans y être incitée, ce type de comportement criminel et illégal. Ceux qui dénoncent les personnes qui s’immolent par le feu et leurs complices seront récompensés, est-il indiqué dans une annonce en quatre points diffusée [dans la préfecture] ».
La dénonciation des « fomenteurs d’immolation », qui « trompent autrui [en les incitant à s’immoler], sera récompensée 50 000 yuans [plus de 6 000 euros]. La dénonciation des « personnes qui ont effectivement fomenté les quatre dernières immolations », 200 000 yuans [25 000 euros]. La police affirme garantir la sécurité physique des dénonciateurs, et fournit quatre numéros de téléphone.
Dans les commentaires sur le site du Tibet Times, un Tibétain redonne clairement les 4 numéros de téléphone et invite tous les Tibétains de l’exil à les assaillir d’appels en disant en tibétain ou en chinois : « Tibet Libre » et « Laissez le Dalaï-Lama rentrer au Tibet ».

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Droit de l'humain, International, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.