Un second Médiator ?

Siné Mensuel N°14 novembre 2012 – Etienne Liebig
Un antidiabétique, utilisé par certains comme « coupe-faim », arrive sur le marché. Les effets indésirables, nombreux, sont curieusement absents de la notice. Ca vous rappelle quelque chose ?
Depuis l’affaire du Médiator, il est difficile de regarder un nouvel antidiabétique dont l’effet coupe-faim est affirmé haut et fort sans ciller un brin ! Le nouveau venu sur le marché, des laboratoires Novo Nordisk, s’appelle Victoza. Il a bénéficié d’une autorisation de mise sur le marché, comme le Médiator, il a été contrôlé par des médecins « indépendants » de l’Afsaps comme le Médiator et il est détourné aux Etats-Unis de sa pure utilisation antidiabétique pour devenir un « amaigrisseur », comme le Mediator.
Pas étonnant puisque le principe actif du Victoza, la liraglutide, est un dérivé complexe d’une amphétamine comme le Benfluorex, la molécule active du Mediator. En chroniqueur sérieux, je suis allé chercher des articles américains incontestables concernant ce médoc.
Dans The Lancet, le Victoza est bigrement bien défendu par le Dr Arne Astrup qui se trouve par hasard être aussi conseiller du laboratoire Novo Nordisk ! Ailleurs, les papiers sont moins dithyrambiques et déplorent que la fiche des effets indésirables soit notablement incomplète. Tiens, tines, en France, on interdit le Vitoza aux mineurs, mais on ne précise pas les effets repérés sur les animaux testés : pancréatite et  maladie de la thyroïde pourtant évoqués sur le rapport de l’Afsaps. Celui qui a fait la fiche des effets indésirables du Victoza devait être distrait.
Aux Etats-Unis, la résistance s’organise autour des victimes qui se regroupent et portent plainte, soutenues par des avocats spécialisés. Ca commence à faire grand bruit et l’on s’interroge sérieusement sur l’intérêt de ce médicament au regard de sa dangerosité.
Nul doute qu’en France, d’ici dix ans, peut-être… éventuellement… pourquoi pas… faut voir…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.