Au fil du temps – Un soir d’églantines : Alexandre-Henri Fourrier

     Mourir,
     Un soir d’églantines gorgées de rosée,
     Parmi les parfums de la terre
     Mourir,
     Un soir de silence
     Un soir d’une telle beauté
     Que je vais m’endormir
     Et peut-être ne plus me réveiller.
     Ce sera dans un lieu de nous
     Où toute chose se renoue.
 » La femme regardée » du poète Alexandre Henri Fourrier qui a fermé son livre, ce mois  d’Octobre 2012, à Nantes 44

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Au fil du temps, Culture, poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.