Société – Stéphane Beaud, sociologue et Gérard Noiriel, historien : analyse sur le « Racisme anti-Blancs »

LE MONDE 15/11/2012

« Racisme anti-Blancs », non à une imposture !

Le 26 octobre, pour la première fois dans une affaire de ce type, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) s’est portée partie civile contre un prévenu accusé de violences avec la circonstance aggravante de « racisme », au motif qu’il a insulté la victime en criant « sale Blanc, sale Français ».
Invité à commenter cette initiative ahurissante, le coprésident du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Pierre Mairat, l’a cautionnée en affirmant que la « vraie question » était de savoir si on nie « le racisme anti-Blancs », ou si on le « constate » et « l’analyse » (Le Monde du 27 octobre).
Le « racisme anti-Blancs », slogan lancé comme on le sait par le Front national (FN) dans les années 1980, repris ensuite par la droite « décomplexée », est donc en passe d’être validé par des associations antiracistes !
Extrait : LE MONDE 15.11.2012 Par Stéphane Beaud, sociologue et Gérard Noiriel, historien
………………….
En s’engageant dans des procès contre le « racisme anti-Blancs », le mouvement associatif ne fera que renforcer ces clivages. Il alimentera aussi le sentiment d’injustice des jeunes qui se sentent humiliés par ceux qui maîtrisent le langage permettant d’échapper aux accusations de « racisme ». On comprend que les politiciens de la droite décomplexée, qui défendent les classes privilégiées, aient intérêt à faire croire à l’opinion que le « racisme anti-Blancs » est le principal problème de la société française. Mais en s’engageant dans cette voie, les associations antiracistes risquent fort de scier la branche sur laquelle elles sont assises.
Le 26 octobre s’est ouvert, à Paris, le procès d’un homme de 28 ans renvoyé pour des violences commises en 2010 sur un autre jeune dans le métro. Le prévenu est aussi accusé d’avoir insulté la victime en criant « sale Blanc, sale Français ». La Licra s’est portée partie civile.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Justice, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.