Tragédie au Bengladesh – L’industrie textile dans la tourmente : les consommateurs occidentaux, s’interrogent-ils sur leurs achats de vêtements à prix cassés… ?

Le Monde 28/11/2012

Le courroux populaire est à la mesure du drame qui s’est noué ce week-end au Bangladesh. Lundi, plusieurs milliers d’ouvriers du textile ont manifesté à Savar, dans la banlieue de Dacca, la capitale, pour réclamer justice, relate le NY Times.

L’objet de cette indignation ? Les circonstances dans lesquelles ont péri au moins 112 personnes samedi, victimes d’un incendie qui a ravagé une usine de confection de vêtements, notamment pour Walmart et C&A. D’après les témoignages des rescapés du sinistre, dont le Daily Star se fait l’écho, les ouvriers auraient reçu l’ordre de rester à leur poste alors même que l’alarme avait retenti.

 De surcroît, plusieurs audits avaient pointé, en amont, des failles béantes en matière de sécurité. Cette tragédie, pour laquelle un jour de deuil national a été observé mardi, illustre les dangers d’un secteur qui emploie entre 3,5 et 4 millions de personnes et représente 80 % des recettes à l’exportation du pays.
De fait, plus de 500 ouvriers sont morts dans des incendies d’usine depuis 2006. Un terrible constat que corrobore le CS Monitor, dénonçant l’incurie de leurs propriétaires. Si l’Asie du Sud est confrontée, de manière tristement récurrente, à ce genre d’accidents, c’est parce que certains facteurs font de ces installations de véritables « pièges mortels ». : leur localisation, dans des quartiers pauvres et congestionnés, le manque d’entraînement des soldats du feu et la corruption systémique qui frappe les inspecteurs chargés de veiller à la sécurité. Le tout sur fond « d’apathie » des autorités.
 Pour Gulf News, industriels, autorités locales et clients internationaux : tous partagent une même responsabilité. A commencer par les consommateurs occidentaux, juge le Guardian, qui devraient s’interroger sur leurs achats de vêtements à prix cassés…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Consumérisme, International, Travail, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.