L’impasse de la croissance

Altermonde sans frontières – 13 janvier 2013 – Gérard Charollois/ecologie-radicale.org – 
Dans tous les pays, la secte des adorateurs du Marché, psalmodie les mêmes dogmes : « abaissons le coût du travail, libérons les forces vives pour être compétitifs, exportons, réduisons la dépense publique, allégeons les charges des entreprises ». Qui gagnera la course à l’abîme, au moins-disant social et écologique ? Plus le capitalisme échoue, dégrade, avilit et plus s’imposent les préceptes qui sont à l’origine des malaises de la société.
Superman toise 22_02_11Dans cette économie mondialisée, de surabondance de production, l’objectif n’est pas de fabriquer, d’innover pour le bien public, mais de vendre. Vendre des produits à bas-coût, frappés d’obsolescence programmée et, pour devenir compétitif, exploiter au maximum la nature et l’homme, simples facteurs de production. Le système mondialisé a éliminé toute perspective d’alternative. Il a réussi là où échouèrent les fascismes bruns et rouges du siècle passé, à savoir, régner sur le monde sans entrave, sans résistance, sans système de rechange.
Durant la « guerre froide », il lui fallait donner le change et se poser en « monde libre » contre le soviétisme totalitaire. Il devait avoir des valeurs, brandir la bannière des Droits de l’Homme et de la liberté de pensée et d’expression, prouver à la fois son efficacité économique mais aussi ses vertus sociales et humaines. Avec la chute de son antagoniste, le système ploutocratique n’a plus besoin de farder son essence fondamentale : il est cupide, égoïste, cynique, prévaricateur, destructeur du vivant, fondamentalement violent. Il sécrète ses poisons sur la planète entière, dégradant tout, pillant la nature, massacrant les animaux, condamnant inéluctablement la biodiversité et avilissant l’esprit humain en inculquant des mentalités de « traders ».
En occident, les forces politiques dites de gauche auraient pu représenter une alternative à ce système pervers. Elles se bornent à panser les plaies d’une société qu’elles renoncent à transformer en profondeur, se condamnant à une alternance immobiliste là où il fallait une alternative et une rupture. Ces forces dites de gauche croient, elles aussi, au productivisme, à la croissance infinie dans un monde fini, à cette exécrable compétition. Or, à l’évidence le défi n’est pas de produire davantage, de bétonner toujours plus, de créer de lourdes infrastructures mais de partager l’abondance, l’excès de biens manufacturés.

1239007763

En 1848, pour combattre le chômage, la deuxième république inventa les ateliers nationaux. On y payait les travailleurs pour creuser des trous et tranchées, parfaitement inutiles, puis on les payait pour les reboucher. Aujourd’hui, les dirigeants moins lucides, plus dogmatiques, rêvent de grands travaux, d’aéroports, de lignes à grande vitesse, d’autoroutes, de canaux mais ne songent pas à les faire disparaître pour reboiser, implanter des bocages, régénérer des zones humides. Leur politique funeste tue la nature. Ce qui nous console est qu’elle échouera immanquablement et qu’un jour, il faudra en sortir, en inversant les valeurs, en congédiant la compétition, la concurrence féroce, l’utilisation de l’esprit de lucre comme seule raison d’être, seul horizon.
imagesCADX3875La croissance n’est pas une option mais une impasse. Elle n’est pas un remède aux crises multiformes mais l’agent de la maladie. Malgré les censures, les conditionnements des populations, cette vérité s’imposera avec l’aggravation des tensions sociales et des perturbations de ce qu’ils appellent « l’environnement ». Le mercantilisme permit, à un moment donné de l’Histoire humaine, le progrès en allongeant la durée de vie, en soustrayant l’homme à la faim, au froid, aux peurs superstitieuses. Il y eut une quête du progrès légitime, suivie d’une foi naïve dans le caractère linéaire de ce progrès. Mais, ce système a atteint les limites de ce qu’il pouvait produire de positif. Désormais, il apporte nuisances et déchéance morale. Une autre phase du développement humain doit venir afin de reprendre la marche du vrai progrès, de la bonne croissance qualitative, le progrès qui assurera à l’humain bien-être, épanouissement, préservation de la souffrance et respect du vivant.
Cette mutation ne sera pas l’œuvre des conservateurs, syndics des oligarques, ni des sociaux-démocrates, incapables de rompre la spirale infernale actuelle, parce que dépourvus de cette générosité et de cette imagination qui ouvriraient l’horizon. Pour l’heure, nous assistons à la faillite du politique, à l’absence d’offre d’alternative, à la grande anesthésie de l’opinion sous contrôle, à une morne résignation. Alors, vive la crise annonciatrice de la fin d’un monde où l’arbre, l’animal et l’homme sacrifiés passent bien après l’argent !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.