Mediator : près de 8.000 demandes d’indemnisation et seulement 68 avis favorables !

France Info – 17 janvier 2013 – Bruno Rougier
Près d’un an et demi après la création du fonds public d’indemnisation pour les victimes du Mediator, France Info a pu se procurer des chiffres concernant les demandes d’indemnisation. Les demandes considérées comme recevables représentent moins de 5% de la totalité des dossiers traités.

110908ALS10040

L’Office national d’indemnisation des accidents médicaux est chargé de collecter les demandes d’indemnisations du Mediator 
Moins de 5% des dossiers traités ont donné lieu à une indemnisation. Les chiffres sont édifiants : depuis la création du Fonds public d’indemnisation pour toutes les victimes du Mediator le 4 août 2011, l’ONIAM, l’Office national d’Indemnisation des victimes d’Accidents Médicaux, a reçu 7.721 dossiers, mais en a traité 1.493, et seuls 68 ont fait l’objet d’une proposition d’indemnisation.
Toutes les personnes qui ont pris du Mediator et qui souffrent soit d’une atteinte des valves cardiaques, soit d’hypertension artérielle pulmonaire, peuvent envoyer un dossier. La demande est ensuite traitée par cinq médecins spécialistes de l’ONIAM, qui formulent un avis positif ou négatif. En cas d’avis positif, le dossier est transmis au laboratoire Servier qui doit proposer un montant d’indemnisation au patient.
Jusqu’à 60.000 € d’indemnisation
Jacques-ServierMais sur les 7.721 dossiers de demande d’indemnisation déposés à l’heure actuelle, les experts de l’ONIAM n’en ont étudié que 1.493. Et sur ces 1.493 dossiers, seulement 68 ont donc reçu un avis favorable et ont été transmis à Servier pour une proposition d’indemnisation. Les montants proposés par le laboratoire s’élèveraient de 5.000 € à 60.000 € en fonction des cas, d’après les associations.
Les associations de patients ont demandé ce jeudi à être reçues par les responsables de l’ONIAM, afin d’obtenir une indemnisation plus facile et rapide. Elles ont obtenu quelques avancées, notamment « la mise en place d’une grille de travail » qui permet de connaître « la motivation d’un refus« , ainsi qu’un réexamen des dossiers rejetés à l’heure actuelle, explique le docteur Dominique-Michel Courtois, président de l’association des victimes de l’isoméride et du Mediator.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, Santé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.