Education – Le pédopsychiatre Marcel Rufo soutient la réforme proposée dans l’intérêt des élèves

 « Est-ce que l’Éducation nationale est faite pour les parents, pour les enseignants, ou pour les élèves ? » s’interroge le pédopsychiatre.

alibémarcel ruffo

Libération – 24 janvier 2013

Rythmes scolaires : Marcel Rufo «sidéré» par l’opposition des enseignants

Le pédopsychiatre soutient la réforme portée par Vincent Peillon et juge qu’il faut privilégier l’intérêt des élèves.
Le pédopsychiatre Marcel Rufo, favorable au réaménagement des rythmes scolaires au nom du «retour à l’enfant», se dit «sidéré» par la réaction des enseignants opposés au projet de réforme du gouvernement, dans une interview à La Provence de jeudi. «Je trouve que donner aux enfants des capacités extrascolaires, à condition que les mairies en aient les moyens et la volonté, c’est essentiel. Le problème c’est que dès qu’on touche au corporatisme des enseignants et aux petits conforts des parents, le drame est en route», estime-t-il.
Sur cette question des rythmes, le ministre de l’Education Vincent «Peillon a tout à fait raison ! Il s’appuie sur des recherches effectuées bien avant son arrivée et dont personne ne tient compte», relève le pédopsychiatre marseillais. «Tous les chronobiologistes vous le diront : pour les enfants les plus en difficulté, la répétition du temps de travail vaut mieux qu’une rupture en milieu de semaine. On dit toujours qu’on a 15% de troubles de scolarité à l’entrée en 6e : c’est une conséquence directe du rythme actuel !»
«Ce que je prône, c’est le retour à l’enfant», dit-il encore. «Est-ce que l’Education nationale est faite pour les parents, pour les enseignants, ou pour les élèves ? (…) Comment ne pas essayer d’expérimenter avant de s’opposer ? C’est curieux comme attitude… J’avoue avoir été très surpris, voire sidéré, des réactions du corps enseignant».
(AFP)

amarcel-rufo-image-d-archives-10847200mwcgn_1713

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Education, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.