Modes de vie L’utilisation abusive d’écrans

France-Info – lundi 28 janvier 2013 –
Les écrans sont partout (télé, ordinateur, smartphone, tablette). Autant de bijoux technologiques mis au service de nos loisirs, de notre travail, de nos relations, de notre connaissance… Pas une activité qui n’échappe à l’utilisation d’écrans. Et si c’était trop ? Et si, loin de nous faciliter l’existence, ces objets nous nuisaient ? Les réponses d’Anne-Laure Gannac de « Psychologies Magazine ».

tv

Les écrans ont envahi notre quotidien © Maxppp
Une cinquantaine de psys se sont réunis, dans Psychologies Magazine, pour sonner l’alerte face à l’utilisation abusive d’écrans.
Les écrans ne sont pas dangereux, pour la simple raison que les écrans sont des outils et, en ce sens, leur degré de dangerosité autant que d’utilité dépend de l’utilisation qu’on en fait. Cette alerte sonnée par les psys est un appel à la vigilance contre l’utilisation abusive d’écrans.
Les méfaits d’une utilisation abusive
L’utilisation excessive des écrans, permet certes d’entreprendre plusieurs tâches à la fois et d’y répondre quasi-immédiatement mais finit par engendrer une réelle inefficacité ainsi qu’un état de stress.
Le développement des pathologies liées au stress au travail viennent en partie de cette hyper-sollicitation. Seul à son écran le salarié ne peut compter que sur lui pour gérer l’urgence qui lui est demandée, il ne peut plus compter sur l’enveloppe du groupe pour l’y aider ou le soutenir.
Sans parler de tous les dérapages répétés : les mails partis trop vite, sans formule de politesse, reçus trop souvent y compris le week-end… à banaliser l’utilisation des écrans, on dénigre cette violence qu’ils peuvent faciliter et qui serait largement évitée par des échanges en face à face qui sont, maintenant, trop systématiquement réduits au minimum.
L’impact des écrans sur l’apprentissage et sur la mémoire
D’un côté, on a le sentiment q’éveiller les enfants dès leur plus jeune âge à Internet, à la tablette, etc, c’est les préparer au monde dans lequel ils vont grandir. Mais d’un autre côté, on se demande si cela ne peut pas les empêcher de réfléchir par eux-mêmes, et puis on entend parler de ces cas de dépendance aux jeux vidéos…
jeux_videoCe qui est avéré c’est que les écrans modifient les processus d’attention, de mémorisation et d’apprentissage. On sait, du fait des études que l’état de passivité face à ces écrans non interactifs peut avoir des effets négatifs.
Dans le rapport qu’elle vient de dévoiler, l’Académie des sciences les mentionne : prise de poids, retard de langage, déficit d’attention, etc… Ce qui fait dire à l’Académie, comme à nombre de spécialistes, qu’avant deux ans, ces écrans sont à prohiber et qu’ensuite ils sont à limiter.
Les écrans interactifs
L’avantage pour les enfants c’est qu’ils y développent leurs réflexes, leur savoir faire visuo-spatiaux. Mais ce qui fait défaut, dans cet usage intempestif, c’est le temps de récupération qui permet au cerveau d’intégrer l’information, de la mémoriser. L’usage trop exclusif d’internet, « peut créer une pensée zapping qui appauvrit la mémoire et la capacité de synthèse personnelle.« 
Les conseils
Il faut prendre conscience de la place que nous accordons aux écrans. Ces outils sont arrivés très vite dans nos quotidiens, mais aujourd’hui, la différence se fait entre ceux qui en ont un usage systématique, proche de la compulsivité, et ceux qui en ont un usage raisonné.

76980474_o

Il ne faut pas céder systématiquement au confort proposé par les écrans qui deviennent des nounous et qui nous faire perdre de vue cette nécessaire implication parentale. Ce n’est pas seulement la santé de l’enfant qui est en jeu, c’est la qualité des relations familiales et de la relation éducative.
La mesure et la diversité des activités avec les enfants : lisons-leur de longs livres, faisons-leur faire des activités de plein air, de groupe, et du théâtre, de la musique, toutes ces activités qui demandent de longs temps d’apprentissage et un travail de mémorisation.
Le psychiatre Christophe André dit : « comme l’argent, les écrans sont de bons serviteurs, mais de mauvais maîtres.« 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.