L’overdose – ça devient insupportable : La chanson , la rencontre Cassez, le site …et BFMTV

Nouvel Obs  29-01-2013 Par Thierry de Cabarrus Chroniqueur politique
« Je croyais avoir fait le tour de la question et j’espérais, en zappant sur une chaîne d’infos, oublier le couple » mais non …

Carla Bruni et Nicolas Sarkozy toujours présents médiatiquement : ils en font trop

LE PLUS. L’ex chef de l’État et son épouse n’ont pas disparu de la scène médiatique. Ce lundi, Nicolas Sarkozy fêtait ses 58 ans, il y a eu le nouveau site mis en ligne par ses amis, le déjeuner avec Florence Cassez et la chanson du prochain album de Carla Bruni. Pour notre chroniqueur Thierry de Cabarrus, on ne devrait pas les voir autant.
Ses amis auraient dû nous prévenir, publier un communiqué, nous dire, « attention, le couple Sarkozy revient, préparez-vous, on va vous le servir à toutes les sauces et à tous les repas, petit déjeuner, déjeuner, dîner », le temps d’une journée de promo tous azimuts ce lundi 28 janvier.
 On aurait pu ainsi prévoir l’overdose, éviter les aigreurs d’estomac.
 « Keith et Anita » en boucle à la radio
 Donc, surprise, lundi matin, en tournant le bouton de RTL. Ma journée a commencé avec « Chez Keith et Anita », la première chanson de Carla Bruni-Sarkozy tirée de son album, « Little french songs » qui sortira au printemps. Certains auraient tourné le bouton, agacés, moi j’ai voulu l’écouter, par curiosité.
 Et je l’ai trouvé plutôt sympa, cette histoire de petite fille qui passe une soirée chez le guitariste des  Rolling Stones, vous savez, Keith Richards, celui qui fumait des joints, dans les années soixante-dix avec sa compagne Anita. En fait, j’ai apprécié le rythme syncopé, la trompette qui donnait un peu d’énergie à la voix de Carla, toujours aussi chuchotée.
 aCarla_BruniLe problème, c’est qu’en zappant ensuite sur Europe1, France-Info, France Inter, tout au long de la journée, je suis tombé au moins quatre ou cinq fois sur cette chanson, au point de repérer une ou deux faussetés au début d’un couplet et de me surprendre à zapper après deux écoutes attentives dès que je reconnaissais une arpège de guitare, un accompagnement de cuivre ou un accent aigrelet de son filet de voix.
Après un tel traitement, j’aurais tendance à être d’accord avec ceux qui disent qu’à forte dose, la chanteuse Carla Bruni devient insupportable, même si je dois reconnaître que malgré ces réserves, ce fut le moment sarkozyste le plus agréable de ma journée.
 Florence Cassez à déjeuner
La chanson de Carla Bruni n’était qu’un prélude plutôt sympathique par rapport à ce que j’allais devoir avaler toute la journée.
 Nicolas Sarkozy, que je croyais rangé pour un temps de la politique, peut-être même quelque part au bout du monde en train de donner une conférence payée à prix d’or, comme à Londres, au Qatar, au Brésil, à Moscou ou ailleurs, allait recevoir le midi même Florence Cassez à déjeuner.
 François Hollande l’avait invitée avec Valérie Trierweiler le vendredi à l’apéritif à l’Élysée, c’était donc le tour de l’ancien président, histoire de montrer aux Français qu’il avait toute sa part dans la libération de la jeune Française, la preuve, ne disait-elle pas elle-même qu’il lui avait « sauvé la vie » ? À ma connaissance, Nicolas Sarkozy n’a pas osé poser à côté de Florence mais on a eu droit à une interview d’elle avant et après le déjeuner, ainsi qu’à tous les détails, Carla Bruni était présente et la famille de Florence, qui est de Lorraine, a offert un œuf en faïence de Longwy à l’ex-chef de l’État… pour son anniversaire !
 Le site des « Amis » à la gloire de Sarkozy
caricature 01C’était vrai, Nicolas fêtait ses 58 ans. Et la belle surprise que lui a faite son entourage, a été de lui offrir un site à sa gloire en cadeau !
 Je croyais l’association « Les amis de Nicolas Sarkozy » en sommeil, depuis la réunion l’été dernier à Nice de ses fidèles Brice Hortefeux, Nadine Morano et Christian Estrosi, mais pas du tout : vers 16 heures, roulement de tambour, chacun a pu découvrir ce site particulièrement chatoyant, avec, si j’ose dire comme dans une publicité « en drapeau », Nicolas Sarkozy bras ouverts sur une forêt d’étendards tricolores, comme en plein meeting, en train de prononcer ces mots un peu pompiers inscrits en lettres blanches : « Il y a quelque chose de plus grand que nous, il y a la France ! »
 D’une part, je me suis dis que c’était un peu trop beau, un peu trop neuf, un peu trop « bling bling » comme site, et en même temps, j’ai pensé que, forcément, Nicolas Sarkozy avait donné son accord, et que rien n’avait pu être fait sans lui.
 Un site pour préparer 2017 ?
Dans quel but ? L’ex-président a-t-il cédé à ses amis dans l’espoir d’entretenir la flamme et de préserver ses chances pour 2017 ? J’avoue qu’à cette idée, j’ai été pris de vertige. Et je me suis souvenu de ces sondages qui, récemment encore, montraient que les sympathisants de l’UMP étaient encore nombreux à espérer son retour. Surtout depuis que Jean-François Copé rame auprès des militants pour se refaire une crédibilité et que François Fillon a plus ou moins disparu des écrans radars…
 Alors, le site arrive à point nommé pour offrir aux nostalgiques, dit-on, tous les discours de l’ex-président et de l’ex-candidat, tous les témoignages des amis qui, tour à tour, doivent « rétablir la vérité » sur son action si injustement critiquée par la gauche… et une partie de la droite qui réclame un inventaire.
 Seul manque pour l’instant la rubrique des adhésions qui devrait, dans quelques jours, selon une indiscrétion de « Marianne », proposer une offre promotionnelle à 100 euros valable les 4 ans à venir à tous les orphelins du sarkozysme.
 Faut-il y voir un signe pour la prochaine présidentielle ? Le candidat défait de 2012 pense-t-il se refaire en 2017 ? L’intéressé ne dit rien et s’amuse sans doute de l’avenir qu’on lui prête : un jour, le voilà lobbyiste au Maroc, un autre, on annonce qu’il va créer une fondation, à moins que ce ne soit un fonds d’investissement pour les PME qui le pousserait à s’installer à Londres ? Il semble peu probable, en tous cas, que Nicolas Sarkozy se contente de sa retraite dorée sur tranche.
 Un dîner sans Sardou et pas au Fouquet’s
Je croyais avoir fait le tour de la question et j’espérais, en zappant sur une chaîne d’infos, oublier le couple Sarkozy. Mais pas du tout. BFMTV consacrait tout un sujet à l’ancien président qui devait dîner, le soir même, dans un restaurant parisien avec une quarantaine de ses amis : « des personnalités du monde de la politique et du show-biz ».
 Où et avec qui ? Plutôt que de jouer aux devinettes, j’ai préféré afficher des certitudes négatives : sans doute n’avait-il pas l’intention d’inviter Michel Sardou, avec lequel il se serait fâché affirme le chanteur ; sans doute n’entendait-il pas aller fêter ses 58 ans au Fouquet’s. Pour ça, il a déjà donné. Et payé le prix fort.
 Alors, que va-t-il rester les  semaines qui viennent de ce 28 janvier 100% sarkozyste ?  Une jolie chanson matraquée sur les ondes ou davantage ? Cette journée sera-t-elle, comme je le souhaite ardemment, un simple feu de paille ?
Édité par Mélissa Bounoua

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article a été publié dans Débats Idées Points de vue, Médias. Ajoutez ce permalien à vos favoris.