Espagne : Rajoy face au chancre de la corruption

Le Monde 08/02/2013

aespagne Rajoy

A l’heure où l’Espagne essuie les bourrasques d’une tempête économique sans précédent, Mariano Rajoy, lui aussi, traverse une zone de fortes turbulences.
 Depuis jeudi, le président du Conseil – chef du Parti populaire (PP, droite) depuis 2004 – est au centre d’une vaste affaire de corruption, accusé d’avoir perçu, de 1997 à 2008, des « paiements pour un total de 25 200 euros par an », sous forme de dons de chefs d’entreprise.
Público évoque au total plus de 320 000 euros « d’argent noir » (non déclaré) – lequel, aux dires du Temps, aurait transité par la Suisse grâce à un système de « comptabilité parallèle » établi par l’ex-trésorier du PP, Luis Barcenas.
 Acculé, M. Rajoy, au pouvoir depuis fin 2011, a nié les accusations portées contre lui et exclu de démissionner, comme le réclame l’opposition. A l’occasion d’une allocution télévisée très solennelle (sans conférence de presse), il a assuré samedi que « tout était faux », rapportent El País.
Soucieux de défendre son intégrité, note le New York Times, le locataire de la Moncloa a de surcroît fait voeu de transparence et promis de dévoiler ses déclarations de revenus et de patrimoine. Cet élan de rectitude n’a cependant pas eu l’effet escompté : à travers le pays, de nombreux citoyens ont clamé leur indignation, et ce d’autant plus volontiers qu’ils subissent la politique d’austérité prônée par le gouvernement.
Certes, le PP demeure le premier parti du pays, mais le cocktail détonant formé par la crise et la corruption – principal fléau national, selon Público et El Mundo – pourrait miner sa crédibilité, y compris au plan européen, analysent  le CS Monitor.
D’où la nécessité, pour le chef du gouvernement, d’aller au-delà de la parole donnée et de lancer un vrai débat de fond, seul rempart contre l’effondrement du système politique, conclut El País.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.