« Piqué au vif » le  » président sans peuple  » répond à la plaisanterie de François Hollande … ? lors du salon à Paris

 Rue 89 06/03/2013 Sophie Caillat | Journaliste
1417120309« Pas par envie. Par devoir » : une petite phrase de Sarkozy sur son éventuel retour, et la presse s’enflamme.
Emmener sa fille à l’école ou sauver la France : le dilemme de Sarkozy. ( nota bene : émouvant … )
Mais qu’a-t-il voulu dire ?
Cette prise de parole prend la forme de « propos recueillis » par le magazine Valeurs Actuelles et envoyés à l’AFP, « une interview qui ne dit pas son nom », dit France Info, un long reportage où l’ancien président dialogue avec différents interlocuteurs et se livre à quelques confidences.
…..

Lire le reportage

62% des Français ne veulent pas de son retour
Reste à comprendre ce qu’il faut interpréter de cette non-entrée dans l’arène, prompte à semer la zizanie dans une UMP qui n’en a pas besoin.
Alors que François Fillon est en train de poser les jalons de sa candidature en 2017, l’ancien président ne veut pas laisser son ex-Premier ministre se croire déjà arrivé.
Selon Jean-François Achili sur RMC, une enquête Ifop va confirmer le récent sondage BVA :
« Nicolas Sarkozy écrase la concurrence, quarante points devant François Fillon. Bien plus encore devant Jean-François Copé, dont l’image ne décolle pas. Certains disent du président de l’UMP qu’il se mettra immédiatement dans les pas de l’ancien président, s’il revient. »
Mais dans ce sondage une chose est plus claire : 62% des Français ne veulent pas du retour de Sarkozy. En même temps, « moins d’un an après sa défaite, on a quand même encore un Français sur trois qui souhaiterait qu’il soit encore candidat, ce qui n’est pas rien », remarque Jérôme Fourquet, le directeur du département opinion de l’Ifop.
Pour Sarkozy, jouer de son lien direct avec le peuple alors que l’UMP ne sort pas de sa crise est une manière pas très loyale mais assez habile de préparer effectivement son retour. Et de tenter de faire oublier qu’il aura d’abord à gérer des rendez-vous avec la justice. Après un passage dans le bureau du juge Gentil dans le cadre de l’affaire Bettencourt en novembre dernier, les affaires Karachi et Takieddine sont loin d’être closes.

zorro_1268049371

 asarko caisse vide

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Médias, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.