Drame du 11 mars 2011 : le Japon se reconstruit pas à pas

ajapon construction provisoire
De la catastrophe qui l’a si durement frappé, le 11 mars 2011, le Japon n’a rien oublié. Ni le séisme de magnitude 9 survenu au large des côtes du Nord-Est – le plus puissant jamais enregistré dans le pays -, ni le tsunami et l’accident nucléaire qui ont suivi.
Deux ans après cette tragédie en trois actes qui a fait plus de 18 000 morts et disparus, l’Archipel en porte toujours les douloureux stigmates. Dans le Tohoku, région martyre, les promesses flamboyantes de reconstruction généreusement dispensées par l’ancien gouvernement de Naoto Kan tardent toujours à se concrétiser.
 En raison d’une bureaucratie pesante et labyrinthique, précise le WSJ, le relogement des milliers de personnes déplacées se fait à pas comptés, bien qu’il soit la « priorité absolue » de l’administration Abe. Le drame de 2011 a également eu un fort impact sur l’emploi, en particulier dans les secteurs de la pêche et de la transformation des produits de la mer, observe l’Asahi Shimbun.
 Quant à la santé, elle demeure un sujet de préoccupation majeure. Beaucoup nourrissent de vives inquiétudes sur les effets à long terme d’une exposition à la radioactivité. Une appréhension d’autant plus légitime que les travaux de décontamination de la centrale de Fukushima Daiichi pourraient prendre plusieurs décennies.
Faisant fi des objurgations de leurs concitoyens, les hiérarques nippons ne semblent pas enclins à vouloir mettre au rebus le nucléaire. Pas tant par rigidité idéologique que par intérêt économique.  Pour Yoichi Funabashi, ex-rédacteur en chef de l’Asahi Shimbun, la principale leçon à tirer du désastre d’il y a deux ans est limpide : au lieu de se concentrer exagérément sur les lois et les systèmes, mieux vaut privilégier le leadership humain.
Le Monde 11/03/2013

ajapon deux ans après

Pour en savoir plus Lire :

 Le nord-est du Japon revisité deux ans après le  » Tsunami «
Tsunami: un photographe de l’AFP revisite l’enfer deux ans après Deux ans après le tsunami meurtrier qui a ravagé le nord-est du Japon le 11 mars 2011, Toshifumi Kitamura, un photographe de l’AFP, a refait le parcours de l’enfer, est retourné aux mêmes endroits. Ses clichés témoignent de la persistance des blessures mais aussi de […] Lire la suite
Deux ans après la tragédie de Fukushima : Greenpeace investi l’entrée du siège bruxellois de GE.
Action de Greenpeace contre l’impunité des fabricants de centrales nucléaires Des militants de Greenpeace ont mené mardi une action à Bruxelles contre le consortium américain General Electric (GE) pour dénoncer l' »impunité » dont bénéficieraient selon eux les fabricants de centrales nucléaires en cas d’accident, deux ans après Fukushima. Des militants de Greenpeace collent des affiches sur […] Lire la suite

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.