La neige se rappelle au souvenir des hommes qui font si souvent mine de l’ignorer. Il faut bien reconnaître que nos sociétés postmodernes s’accommodent mal de cette réalité.

aneige pagaille
La Libre be.  13/03/2013 Par Jean-Claude Matgen

Edito : Dompter la nature à tout prix : un leurre

Une fois de plus, la neige a provoqué, mardi, une pagaille indescriptible sur les réseaux routier et ferroviaire. Une fois de plus, les autorités ont été critiquées pour leur manque de réactivité et d’efficacité. Une fois de plus, les routiers ont été montrés du doigt pour avoir pris la route au volant de camions qui n’ont pas tardé à se mettre en ciseaux.
Prendre des dispositions pour amortir les effets des précipitations hivernales sur les déplacements est une chose, accepter l’idée que la nature reste, XXIe siècle ou pas, en mesure d’imposer sa force et parfois sa loi en est une autre.
Il faut bien reconnaître que nos sociétés postmodernes s’accommodent mal de cette réalité. Quand on travaille à flux tendu, quand l’économie repose sur la rapidité des échanges, quand elle dépend du fonctionnement optimal d’un réseau dont les composantes doivent toutes tourner à plein régime 24 heures sur 24, un flocon peut se muer en insupportable grain de sable et gripper une mécanique qui ne souffre pas le moindre raté.
Il n’est d’ailleurs pas innocent que l’Union des classes moyennes ait rappelé, mardi, que la neige ne dispense pas les travailleurs de l’obligation de rallier leur lieu de travail sauf risques excessifs.
Naguère, les hommes réglaient leurs activités sur les saisons. Quand un village était pris par la neige, ses habitants adaptaient leur emploi du temps. Aujourd’hui, ce « fatalisme » tranquille n’est plus de mise. Les nostalgiques le regretteront. Les pragmatiques préféreront sans doute s’inspirer des propositions encourageant le télétravail les jours où la nature se rappelle au souvenir des hommes qui font si souvent mine de l’ignorer.

neige hiver arbre pb

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Nature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.