Union européenne – Économie chypriote : mesure « sacrificielle » suscitant l’indignation des citoyens

achypre

Sauvetage de l’UE : Chypre, l’île désenchantée

La surprise, d’abord, puis le choc, immense, mâtiné d’indignation. Les Chypriotes ont vivement réagi, samedi, au plan de sauvetage de 10 milliards d’euros scellé  un peu plus tôt avec l’Union européenne afin de conjurer le scénario d’une faillite nationale.
Motif de ce courroux populaire ? L’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires (6,75 % sur les montants inférieurs à 100 000 euros, 9,9 % au-delà), à la demande conjointe de l’UE et du FMI, principaux bailleurs de fonds du pays.
Cette mesure « sacrificielle » – inédite au sein de la zone euro en cinq ans de crise, observe le Wall Street Journal – est censée ramener jusqu’à 6 milliards d’euros dans les caisses de l’Etat.
 Par ailleurs, l’impôt sur les sociétés est relevé à 12,5 %, contre 10 % actuellement, et certains actifs publics sont privatisés. Mais, au sein de la population de l’île, c’est surtout l’annonce de la taxe exceptionnelle sur les dépôts – défendue par le Spiegel Online au nom du « pragmatisme » – qui a créé un vent de panique, de nombreux particuliers se pressant dans les banques pour y retirer un maximum d’argent.
 Ces citoyens ont le sentiment de devoir passer sous les fourches caudines de l’UE du fait de l’impéritie de leurs dirigeants. Face aux dissensions politiques, le débat parlementaire initialement prévu dimanche a été reporté à lundi.
 Pour la BBC et le Washington Post, le cas chypriote ne doit pas être traité avec légèreté car il pourrait avoir de graves répercussions sur l’Espagne et l’Italie. Pessimiste, le Cyprus Mail, lui, vilipende sans ambages l’UE et stigmatise un plan de sauvetage qui, à ses yeux, « est destiné à détruire plutôt qu’à secourir ce qui reste de l’économie chypriote ».
Le Monde 18/03/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Europe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.