Ecologie | Politique environnementale : Gilles Ricono, patron des bétonneurs et Christian Leyrit, bâtisseur d’autoroutes

 Le Monde 17/18/03/2013

 Le béton au pouvoir

Il ne vous aura pas échappé que la politique environnementale dans ce pays atteint un degré de nullité abyssal. Les plus hautes autorités se fichent comme de l’an 40 de la question écologique, et n’hésitent plus à placer à divers postes de commande des personnages dont toute la carrière et la culture respirent le goût du bétonnage.
imagesCAP89HEK
Ils opèrent avec l’assentiment de leurs compères d’Europe Ecologie-Les Verts, dont la position au gouvernement ne peut qu’inviter à relire la fable de La Fontaine Le Loup et le Chien.  » « Attaché ?, dit le Loup : vous ne courez donc pas où vous voulez ? » «  Oh non, les écologistes de pouvoir ne courent pas dans les vertes prairies de la défense de l’environnement.
agillesRicono_ouestfrance_Or, donc, le nouveau directeur de cabinet de la ministre de l’écologie, Delphine Batho, est Gilles Ricono, ingénieur général des Ponts et Chaussées, qui a fait toute sa carrière dans des services d’équipement. Rappelons que les ingénieurs des Ponts et Chaussées ont été les plus ardents  » déménageurs  » du territoire, empilant autoroutes, lignes TGV, aéroports, ponts et viaducs jusqu’à plus soif. Ils continuent, d’ailleurs…
La nomination de M. Ricono consacre la prise de contrôle par les Ponts et Chaussées de l’administration de l’environnement engagée avec la réforme du ministère de l’écologie : en 2009, les directions de l’environnement, de l’industrie et de l’équipement, jusqu’alors séparées, furent fusionnées dans des directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal). L’environnement, jusqu’alors autonome, a de fait été absorbé par ses puissants voisins administratifs.
achristiancleyritVoilà que l’on s’apprête à nommer comme président de la Commission nationale du débat public (CNDP) Christian Leyrit, ingénieur des Ponts et Chaussées. Il a été un ardent bâtisseur d’autoroutes en tant que directeur des routes, et est l’actuel maître du corps des Ponts, puisqu’il est vice-président du conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), masque de l’ex-conseil général des Ponts.
La CNDP, chargée des débats publics sur les grands projets, n’a jamais brillé par son audace, mais ce serait la fin de l’espoir d’un débat démocratique sur ces questions si on le confiait au patron des bétonneurs. On espère qu’un reste de bon sens animera ceux qui peuvent peser sur cette nomination. Ou alors, nommons un botaniste à la tête de la Direction générale des infrastructures.
chronique  par Hervé Kempf  kempf@lemonde.fr

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Ecologie, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.