La Troïka et le FMI ne touchent pas aux dépôts des petits épargnants de Chypre. Vraiment ?

Reflets-infos – 25 mars 2013 par kitetoa

BankruptSpedometer

Réjouissez-vous foules en folie… L’Europe est encore sauvée ! L’Euro aussi. Pour la énième fois, après plus de 25 sommets de la dernière chance, les (ir)responsables politiques vous le disent : tout va bien. Ah, oui…, on sait, vous avez un peu flippé parce que pour la première fois, les politiques n’ont pas simplement conditionné l’aide financière à plus d’austérité, ils ont décidé de prélever l’argent des citoyens directement sur leurs comptes bancaires. Et initialement, en rayant d’un trait l’idée que les dépôts bancaires sont « assurés » à hauteur de 100.000 euros.  Là, amies foules européennes, vous vous êtes dit que, peut-être, cela pourrait arriver un jour chez vous. Que votre argent pourrait partir en fumée, lorsque le bateau ivre arriverait en bout de course contre l’iceberg qui ne cesse de grandir depuis 2008 à mesure qu’il se rapproche (ou que l’on se rapproche inexorablement de lui). Certains, plus avisés, ont compris que le Titanic était à cours de ressources et que si les dirigeants en étaient réduits à demander une ponction sur les dépôts bancaires des particuliers (qui n’ont rien fait pour que la crise dégénère à ce point), c’est que vraiment, ils sont à cours de ressources. Souvenez-vous, depuis le début des plans de sauvetages de la dernière chance, on évoque l’implication des « fonds de soutien » européens. Il n’a jamais été question de ponctionner les comptes bancaires des particuliers.
D’une part, les fonds de secours mis en place par l’UE sont morts-nés. D’une part les Etats sont à court de fonds, y compris ceux qui sont encore debout. La France n’est-elle pas en « faillite » ? C’est l’ancien premier ministre François Fillon qui le disait. Quant à l’Espagne ou le Portugal, qui sont les bénéficiaires de ces fonds, ils en sont aussi les contributeurs. Quelqu’un à Bruxelles à encore une once de logique ou pas ?
1411-presseuropeQuant aux décisions consistant à ajouter de l’austérité à une crise qui se caractérise par une raréfaction des prêts aux entreprises, mais aussi, parallèlement, bien évidement, par un gel des dépenses publiques (c’est ça l’austérité, avec un pincée d’impôts en plus)… Il faudrait être complètement idiot pour ne pas comprendre que les répercussions seront terribles. Principalement pour les couches basses et moyennes des populations des pays visés.
Nous avançons donc vers une récession profonde et durable, avec un taux de chômage insupportable et, à terme, vers des mouvements sociaux extrêmement violents. Ce n’est ni verser dans le catastrophisme ou on ne sait quel complotisme que de dire cela, c’est simplement faire preuve de bons sens. Tout comme chacun sait que le payeur en dernier ressort sera… le citoyen. Pas le système financier, pas les politiques, pas la ou les banque(s) centrale(s). Les premiers nous ont amenés où nous en somme, les deuxièmes et troisièmes ont pris des décisions stupides et contre-productives. Mais, merci pour eux : tout va bien.
Enfin, cette fois, les petits épargnants sont épargnés…

dessin-humour-chypre-3

Après avoir initialement annoncé que tous les dépôts seraient affectés par un prélèvement au service du plan de sauvetage de Chypre, l’UE et le FMI ont finalement accepté de ne « taxer » que les dépôts au delà des fatidiques 100.000 euros. Conclusion ? Les petits épargnants sont épargnés. Logique ?
Oui, mais non.
Çà, c’est le storytelling façon Nicolas Sarkozy. Deux pas en avant, un pas en arrière pour faire croire que l’on prend en compte l’avis de la population.
Notez au passage que le plan a été passé en dehors de tout contrôle démocratique, le parlement de Chypre ayant montré la semaine dernière qu’il ne comptait pas laisser passer les accords abracadabrantesques de l’UE. Le fait d’écarter les citoyen n’est pas anodin. C’est un signal qui montre que ceux qui vont supporter le poids de l’accord… sont les citoyens.
L’accord passé pour Chypre est sans aucun doute le premier d’une série. La Grèce est passée par là et peut témoigner du nombre de plans chaque fois plus austères que l’UE et le FMI lui ont imposés. Lorsque l’on commence aussi fort, en allant piquer dans la caisse des populations, c’est que les prochain plans de la dernière chance pour Chypre seront sacrément violents. Les Chypriotes, s’ils ne sont pas idiots, vont peu à peu siphonner leurs comptes.

dessin-cartoon-inegalites-riches-pauvres

Ceux qui payent, ce sont ceux qui seront au chômage dans quelques jours et qui verront leurs impôts grimper en flèche. Sans vouloir lire dans une boule de cristal, il n’y a aucune chance pour que les politiques ou les responsables des banques chypriotes soient au chômage avant très longtemps. Pas plus que ceux qui ont pris ces décisions abracadabrantesques au niveau politique pour gagner du temps.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.