La « Chinafrique » et le spectre du néocolonialisme

 C’est un pas de deux qui charrie son lot d’espoirs, de fantasmes et de critiques. Pour son premier séjour diplomatique à l’étranger depuis son intronisation, le 14 mars, le président chinois Xi Jinping a tenu à consolider les liens qui unissent Pékin à l’Afrique.

achine xi-jinping-a-son-arrivee-a-brazzaville-le-29-mars-2013

 Au Congo, où il a conclu dimanche une tournée d’une semaine qui l’avait précédemment mené en Tanzanie et en Afrique du Sud, le nouveau maître de la deuxième puissance économique mondiale s’est fait le chantre d’une coopération renforcée avec le continent noir.
Sa stratégie ? « Séduire les cœurs et les esprits » en misant sur « l’amitié et la solidarité », souligne The Irish Times. « Xi l’Africain » veut s’attacher à cultiver une relation florissante – le commerce bilatéral a atteint presque 200 milliards de dollars en 2012, – mais sans immixtion dans les affaires intérieures des pays partenaires. Reste que l’activisme de Pékin ne fait pas consensus.

axi-jinping-le-president-chinois-arrive-a-dar-es-salaam-en-ta_1058078

La « Chinafrique » exhale pour certains des remugles qui rappellent l’attitude contemptrice adoptée naguère par l’Occident. Ce procès en néocolonialisme est-il fondé, s’interroge Al-Jazira. Aux yeux de nombreux Africains, indique, la frontière entre capitalisme et néocolonialisme est ténue. Mais si le rapprochement avec la Chine relève parfois du pacte faustien, il serait exagéré d’affirmer que Pékin n’aspire qu’à faire main basse sur les ressources naturelles, juge The Economist.
L’hebdomadaire britannique précise ainsi qu’en dépit de points de crispation, la Chine n’a nullement mis à mal la démocratie africaine, pas plus qu’elle n’a attisé les conflits armés. Faisant fi des attaques, le China Daily loue le « soutien éclatant » des dirigeants africains, sensibles au « miracle économique chinois ». Un appui qui, induit une responsabilité particulière : « Xi a tracé le bon cap ; il doit s’assurer que le respect et l’équilibre demeurent au centre de la relation. »
Le Monde du 1er avril 2013chine dragon

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, International, Médias, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.