Allemagne : l'(AFD ) « Alternative pour l’Allemagne » anti-euro, s’érige en parti

L’euroscepticisme n’est, semble-t-il, pas l’apanage des Britanniques. En Allemagne aussi, la défiance du citoyen envers la monnaie unique s’accentue.

aallemagne-le-14-avril-2013-a-berlin

 Dimanche, le mouvement Alternative für Deutschland (AFD, « Alternative pour l’Allemagne »), fort de quelque 7 500 membres, a ainsi tenu son congrès fondateur à Berlin, bien décidé à jouer les trouble-fête dans la course à la chancellerie.
 Devant un parterre d’environ 1 500 personnes enthousiastes, le cofondateur de l’AFD, Bernd Lucke, n’a d’ailleurs pas dissimulé l’ambition de son parti d’entrer au Bundestag, la chambre basse du Parlement, à l’automne. Composée d’intellectuels – au premier rang desquels l’éminent économiste Joachim Starbatty -, de dirigeants de PME et de professionnels à la retraite, cette « nouvelle troupe de protestataires », comme la décrit le Spiegel Online, a fait du combat contre l’euro son unique credo.
 A la tribune, M. Lucke a scandé ce mantra, affirmant que la « réintroduction du deutschemark ne devait plus être taboue ». Se nourrissant de l’acrimonie d’une partie de ses compatriotes,  il a prôné une « sortie ordonnée » de l’euro et a vilipendé la posture d’Angela Merkel, convaincue que l’échec de l’euro sonnerait ipso facto le glas de l’Europe.
Pour lui, la monnaie unique dresse les peuples les uns contre les autres. Sur le plan électoral, l’entrée en lice de l’AFD n’augure rien de bon pour la chancelière, qui briguera un troisième mandat le 22 septembre.
 Reste à savoir si le succès inaugural de l’AFD – habile à surfer sur les peurs, selon Die Welt – sera durable ou météoritique. Et Die Zeit de conclure: « Peut-être l’idée d’Angela Merkel d’une campagne électorale censée être anesthésiante a-t-elle été enterrée aujourd’hui ».
Le Monde 16/04/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.