Patrimoine des élus : le coquet « Sam’ suffit » de Claude Bartolone

Le Canard Enchaîné du 17 avril 2013 – A.G.

499654

Le Premier ministre Ayrault ne comprend pas ce qui a poussé le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, à prendre la tête de la fronde contre la publication du patrimoine des parlementaires. « Est-ce pour cultiver sa popularité auprès des députés ? s’est-il demandé. Où bien n’a t-il pas envie de rendre public son patrimoine ?« 
Le non cumul des mandats oui, mais en 2017 –
Claude Bartolone assure que le non cumul des mandats ne pourra pas s’appliquer d’ici aux élections municipales de 2014 et fixe l’horizon de sa mise en œuvre à 2017.  En 2017 ou 3017, Monsieur Bartolone ?
République et logique populiste ?
Claude-Bartolone-prefere-a-Elisabeth-Guigou-pour-le-perchoir_mode_uneBartolone, en tout cas, n’en démord pas . « Depuis que j’ai fait part de mon opposition à la publication du patrimoine des élus, je ne reçois que des messages de félicitations, a-t-il confié. Pour la première fois, je ne sais pas où l’on va. On donne l’impression de jeter les élus en pâture. » Conclusion de Barto :  » Avec ça, on sort de la logique républicaine et on entre dans la logique populiste…« 
Ayant pris la tête de la jacquerie, il y voit donc « un danger pour la démocratie. » Et peut-être aussi pour sa tranquillité. la maison qu’il a fait construire sur les hauteurs des Lilas, tout près de Paris, a été conçue dans un souci de discrétion et de modestie. Las ! La vague de transparence déferle jusqu’à sa porte. Le président de l’Assemblée se plaint d’avoir repéré, le week-end dernier, des indiscrets occupés à photographier sa masure.
Vue de la rue, la bâtisse de 380m2 affiche une discrétion de violette. la fiche de présentation consultable sur le site de ses architectes, le cabinet RVA, en donne la raison : « La notoriété du client conditionne une relative discrétion de la façade principale sur la rue, dans une zone pavillonnaire calme de banlieue. » Et le cabinet d’expliquer l’impératif d' »une relation à la rue qui souhaite exprimer modestie, ancrage au sol et pérennité« . Du sur-mesure pour un élu timide.  Mais, côté coteau, la modeste construction se fait conquérante, avec ses trois étages, ses larges baies vitrées et sa vaste terrasse : « Si la commande sur la rue bridait la libre expression, poursuivent les architectes, une large quête de vue et de lumière était attendue côté jardin, plein ouest et face à la banlieue et à Paris. » De fait, « ce promontoire lui offre une vue imprenable sur Paris« .
100_5350Selon les professionnels interrogés par « Le Canard », cette villa vaut, au bas mot, 2 millions d’euros.
Bartolone ne voulait pas de ce début de déballage. Mais, dès qu’il sera ministre, de préférence, le Premier, comme il en rêve, il devra bien y passer, non ?
L’emploi familial de Bartolone (Le Canard Enchaîné 27 septembre 2012)
Claude Bartolone – c’est entendu – veut faire du Palais-Bourbon « une maison de verre transparente et sobre. »
Egalement soucieux des courbes du chômage et des emplois familiaux, le président de l’Assemblée a embauché seize collaborateurs à son cabinet (un de plus que pour un ministre). Et également sa moitié, Véronique Bartolone, avec le titre de « chargée de mission ‘intervention et droit des femmes’ ».
Sans rire, « Barto » a fait savoir qu’il n’a pas embauché son épouse mais épousé son ancienne collaboratrice ! Ca change tout, évidemment.
Lire aussi  : Salaires, primes… les parlementaires sont-ils trop payés ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.