Témoignage de l’épouse d’un cadre supérieur de La Poste, à la suite du suicide de son mari

alaposrearticle-sur-le-suicide-dans-le-Monde-1024x768

Ilma Choffel se bat pour une prise en charge du burn-out

Désormais, ce sera le combat de sa vie.  » Epaulée par la justice, la CGT, des experts et j’espère par le gouvernement « , Ilma Choffel de Witte veut créer une association et  » – se – battre pour faire reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle.  »  » Pour que le grand public sache ce que c’est. Et pour les autres veuves « , explique-t-elle.
alapose IlmaIlma Choffel de Witte est l’épouse de Nicolas Choffel, ce cadre supérieur de La Poste, qui, à 51 ans, s’est donné la mort par pendaison, chez lui, le 25 février. Il était en arrêt maladie pour burn-out – épuisement professionnel – depuis trois semaines.
De nationalité néerlandaise, Mme Choffel voudrait que la France s’inspire de ce qui existe aux Pays-Bas en matière d’accompagnement et d’encadrement du burn-out.
Dès que le diagnostic est posé,  » une cellule interne est constituée avec le médecin du travail, la direction des ressources humaines et l’assistante sociale de l’entreprise, raconte-t-elle. Sa mission est d’assurer un suivi médical du salarié en burn-out et de le rassurer quant à son maintien dans l’entreprise au même poste. Dès lors, il peut se reconstruire. « 
Ce n’est pas du tout ce qui s’est passé dans le cas de son mari, assure Mme Choffel. Tous les soirs, son époux, en arrêt maladie, recevait chez lui un appel du bureau. Au point qu’un soir, raconte Ilma,  » nous avons failli en venir aux mains. J’essayais de lui arracher le téléphone et il m’a dit : « Tu ne te rends pas compte ! Il faut que je travaille, sinon on va me mettre au placard. » « .
 » Le droit d’être malade « 
Les jours ont passé ; les appels ont continué. Au cours de son congé maladie,  » il a été destinataire de plus de 1 500 mails, de 110 appels professionnels et de 53 SMS, précise Mme Choffel. Je lui disais qu’il avait le droit d’être malade. Lui, il se sentait obligé de travailler. Si son boss, au lieu de le harceler, l’avait assuré qu’il retrouverait son emploi, Nicolas serait encore en vie. « 
Père d’une jeune fille de 19 ans, M. Choffel était passionné par son travail. Ancien journaliste au Quotidien de Paris et au Figaro notamment, il avait été embauché au siège parisien de La Poste en 2001.
Vers la fin de l’année 2012, il avait été promu du poste d’adjoint à celui de directeur de la communication interne. Une belle ascension, qui marque aussi le début de sa descente aux enfers.
La charge est lourde, prenante, dans cette société en pleine mutation. En outre, il n’a pas été remplacé sur sa responsabilité précédente et un second poste d’adjoint a aussi été supprimé.  » Il a occupé trois postes simultanément «  durant les derniers mois de sa vie, résume sa femme qui dit que, fin 2012, ce grand sportif lui était apparu  » affaibli « .
Avant que son état empire :  » il avait perdu 18 kg entre septembre 2012 et janvier 2013, dit Mme Choffel. Il éprouvait une grande fatigue, physique et intellectuelle, le signe majeur de burn-out. « 
Le 28 février, lors d’un conseil d’administration, le président de l’opérateur, Jean-Paul Bailly, a déclaré, à propos des suicides à La Poste, que  » ce sont des drames personnels et familiaux, où la dimension du travail est inexistante ou marginale « , selon des administrateurs des syndicats CGT et SUD présents.  » Cela a été un choc « , dit Mme Choffel, qui précise que  » l’enquête de police, côté vie privée, a conclu que nous étions une famille sans histoire, aimante, un couple fier de sa fille. « 
La Poste  » dément que ces mots – de M. Bailly – portaient sur la situation de Nicolas. «  Mais alors que son propre employeur lui a fait porter une lettre de soutien  » très personnelle «  le jour du décès de son mari, Mme Choffel ne recevra un courrier de M. Bailly  » que le 5 mars, adressé à Ilda Choffel au lieu de Ilma « .  » C’était une lettre type de condoléances « , dit Bernard Dupin, administrateur CGT.
03.04.2013 © Le Monde Par Francine Aizicovici LE MONDE |
A La Poste, en dépit du « Grand Dialogue », les suicides continuent

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Travail, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.