Birmanie – Mansuétude de L’union européenne : une décision hâtive, « un choix prématuré » ?

Face au pouvoir birman, l’UE trop magnanime ?

Soucieuses de renvoyer une image d’ouverture, les autorités birmanes multiplient à dessein les gages démocratiques. Mardi, elles ont ainsi accordé l’amnistie à 93 prisonniers, dont 59 étaient détenus pour des motifs politiques, rapporte Radio Free Asia.
Cet élargissement, décrété par le président Thein Sein, intervient au lendemain de la décision prise par l’Union européenne de procéder à la levée quasi totale des sanctions visant Naypyidaw – exception faite des ventes d’armes, toujours soumises à embargo.
 De mai 2011 à novembre 2012, plus de 800 prisonniers politiques ont été libérés, sur les quelque 2 000 recensés avant l’installation du nouveau régime. Pour autant, les associations de défense des droits de l’homme se gardent de tout excès d’optimisme. Eu égard à la persistance des conflits ethniques, Human Rights Watch fustige la précipitation de l’UE, qui vient de se priver sciemment d’un « moyen de pression » vis-à-vis des dirigeants birmans, souligne la Deutsche Welle. Gulf News et Asian Tribune partagent cette analyse, dénonçant, qui « une décision hâtive et irresponsable », qui « un choix prématuré ».
 Principal point noir : le sort des Rohingya (lire document ci-contre). The Nation évoque sans ambages un « nettoyage ethnique de musulmans » orchestré par le gouvernement et déplore le mutisme de « l’icône démocratique » Aung San Suu Kyi. « En adoptant une posture hésitante sur la propagation des violences ethniques et religieuses, son statut d’autorité morale est devenu vulnérable », juge Asia Times Online.
 Le Vieux Continent va-t-il regretter sa mansuétude ? Sapience ou inconscience ? « Si les réformes piétinent ou que le pouvoir birman fait machine arrière, le fait d’avoir abandonné les sanctions pourrait être perçu comme une erreur », conclut CNN.
Le Monde 25/04/2013

abirmanie_440x260

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Médias, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.