Une éolienne révolutionnaire : la moins chère du monde

Paperblog – 22 avril 2013 par Idealmag
Une invention tunisienne qui produit de l’énergie éolienne grâce à une technologie inspirée des voiliers. Elle a l’avantage d’être moins chère et énergétiquement plus efficace.
La problématique de la génération du courant électrique n’est pas née hier… Depuis des années, de nombreuses recherches ont été établies pour développer de nouvelles sources d’énergie non polluantes, qui pourront substituer aux générateurs thermiques. Fonctionnant au pétrole, ces derniers sont en effet extrêmement nocifs pour l’environnement et ne seront plus fiables dans le futur. Le nucléaire, grandement utilisé durant le 20ème siècle, subit un déclin récemment à cause du grand danger que représentent les déchets radioactifs. C’est donc surtout l’énergie éolienne et l’énergie solaire qui se sont imposées comme les énergies du futur.
Malgré une propreté reconnue, l’énergie éolienne n’est pas exempte de critiques. En effets, la rotation des pales -qui sont géantes pour la plupart- peuvent causer quelques gênes aux habitants, telles que la nausée, les insomnies ou les maux de têtes. La faune est également menacée. Un grand nombre d’oiseau meurent en effet chaque année à cause de ces pales. Pour finir, ces éoliennes classiques restent très coûteuses sans pour autant offrir un rendement efficace en raison des limitations techniques qui font que l’efficacité ne dépasse pas, en théorie, 59% (Limite de Betz). Sur le plan pratique, cette efficacité chute à 35%, si on inclut différents facteurs influents. C’est à cause de cette limitation que Saphon Energy a essayé de révolutionner l’industrie des éoliennes en axant sa recherche, non pas sur l’amélioration des turbines existantes, mais dans le développement d’un nouveau modèle totalement différent.
Une efficacité maximale de 35% pour les éoliennes classique
Eolienne révolutionnaire : la moins chère du mondeEn effet, le Saphonian rejette totalement l’ancien système à pales rotatives et le remplace par un nouveau système non rotatif, largement inspiré par les voiliers. La société explique qu’au lieu de faire tourner les pales, le vent est capté par un voile cylindrique immobile fixé au top d’un pied métallique. Quand le vent souffle, tout le pied s’incline et un système de piston le rétablit à sa position initiale. Un tel mouvement suit un trajet en nœud et permet la conversion de la majorité de l’énergie cinétique en énergie mécanique (à l’aide des pistons). Cette même énergie serait ensuite convertie par pression hydraulique stockable, ou en énergie électrique.
Une forme inspirée des voiliers pour les éoliennes Saphonian
Un système nouveau qui risque de chambouler grandement l’avenir de l‘énergie éolienne. Selon les études menées, le Saphonian est 2 fois plus efficace que les éoliennes à pales et 45% moins cher. Supprimant aussi tous les effets indésirables, tels que les maux de tête, les insomnies, nausées, meurtres d’oiseaux ou encore brouillage des signaux hertziens.
Une technologie propre, sans aucun effet nocif sur l’environnement et la santé humaine
539726_507403479320982_1081078727_nLe Saphonian est donc un projet très ambitieux, dont tous les Tunisiens peuvent être fiers. Néanmoins, son inventeur, Anis Aouini, de formation ingénieur à l’Insat et fondateur de Saphon Energy, est encore à la recherche d’un partenaire industriel pour rendre ce rêve une réalité. Deux ou trois ans devraient suffire pour voir l’efficacité de cette technologie, surnommée la Zero Blade Technology. Une invention donc qui prouve la possibilité de quiconque à inventer et à être ingénieux, comme l’indique M. Aouini, qui déclare que «L’innovation n’est pas une question d’intelligence, mais plutôt une observation profonde et différente de l’évident».

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Ecologie, Industrie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.