Barack Obama s’en prend aux Républicains sur le « déni » du climat

LE MONDE | 29.04.2013  Par Stéphane Foucart

Climat : l’offensive de M. Obama contre les « négateurs »

abarack-obama

Le coup est parti, jeudi 25 avril, sur Twitter, depuis le compte officiel du président américain Barack Obama. « Dites aux négateurs du changement climatique qui siègent au Congrès d’arrêter d’ignorer les preuves écrasantes de la science », enjoint le bref message, reçu par les quelque trente millions d’abonnés au compte du président, administré par Organizing for Action (OFA) – l’organisation qui a succédé, en janvier, à celle ayant orchestré la dernière campagne de M. Obama dans les nouveaux médias.
Le message est accompagné d’une vidéo de quelques minutes. Celle-ci rappelle d’abord que « depuis 2011, 24 auditions parlementaires sur le climat«  ont toutes été rejetées par les républicains. Elle moque ensuite ces derniers, tournant en dérision leurs déclarations publiques sur la science climatique. Le montage, qui rappelle que, en 2011, 240 parlementaires américains ont estimé que le changement climatique était un canular, est édifiant.
« COMIQUE »
Ted Poe (Texas) : « Nous respirons tous du CO2, il n’y a aucune preuve que le CO2 humain change le climat. » John Boehner (président de la Chambre des représentants) : « C’est presque comique. Chaque fois que nous expirons, nous expirons du dioxyde de carbone. Toutes les vaches du monde, lorsqu’elles font… eh bien… ce qu’elles font, cela ajoute du dioxyde de carbone. » Bill Cassidy (Louisiane) : « Cela peut être séculaire, ou juste un changement de l’axe » de rotation de la Terre… Dana Rohrabacher (Californie) : « Les calottes polaires fondent, mais elles l’ont toujours fait. Et elles fondent sur Mars aussi ! » Aux Etats-Unis, la question clive profondément la classe politique, le camp républicain étant massivement « climato-sceptique » – le terme utilisé par OFA est « négateurs » (« deniers », en anglais).
Pour faire pièce à ce « déni » républicain, la vidéo exhibe également un bref extrait du discours sur l’état de l’Union, prononcé par Barack Obama à la mi-février. « Nous pouvons choisir de croire que la super-tempête Sandy, que la plus sévère sécheresse depuis des décennies et que les pires feux de forêt jamais vus dans certains Etats ne sont qu’une bizarre coïncidence, avait déclaré le président américain. Ou nous pouvons choisir de croire le jugement de la science et agir avant qu’il ne soit trop tard. »
Pour le militant Bill McKibben, fondateur de l’organisation 350.org, « Barack Obama serait plus crédible dans son offensive contre les négateurs du changement climatique s’il s’attaquait au problème du changement climatique lui-même ». « Il peut arrêter le projet d’oléoduc Keystone sans rien demander à personne au Congrès », ajoute-t-il. Ce projet, approuvé par une majorité d’Américains mais littéralement honni par les environnementalistes, est très décrié – entre autres choses – pour ses effets climatiques. Il doit acheminer vers le golfe du Mexique le brut extrait des sables bitumineux du Canada, l’une des ressources fossiles parmi les plus émettrices de gaz à effet de serre.
Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, Science, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.