Allemagne : les Verts et le SPD font front commun

A l’approche de la grande bataille électorale de l’automne, les Verts allemands fourbissent leurs armes et mettent le cap résolument à gauche.
Dimanche, à Berlin, au terme de trois jours de congrès, les quelque 800 délégués du parti écologiste ont arrêté, à la quasi-unanimité, leur programme en vue des élections législatives du 22 septembre, rapporte la FAZ. Au cœur de ce manifeste, davantage de justice sociale.
 Outre la volonté de promouvoir un salaire horaire minimum (8,50 euros), les Verts prônent également une augmentation de 42 à 49 % de la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu. Une posture qui les rapproche un peu plus des sociaux-démocrates. Les deux partis ont d’ailleurs fait assaut de gracieusetés tout au long du weekend, le chef du SPD, Sigmar Gabriel, étant invité à s’exprimer devant les congressistes – une première, observe Die Welt. Focus va même plus loin, évoquant une séance de « câlinothérapie ».
Même le ministre-président du Bade-Wurtemberg – et membre des Verts -, Winfried Kretschmann, s’est gardé de tout anathème, alors qu’il avait plaidé pour « plus de retenue sur la question des impôts »..
 Pour la Süddeutsche Zeitung, les « serments de fidélité » échangés entre les Verts et le SPD ne sont motivés que par la « peur » de voir certains électeurs privilégier dans les urnes l’option « noir-rouge » (conservateurs-SPD) ou « noir-vert » (conservateurs-Verts).
Cette dernière hypothèse n’est plus si incongrue qu’il y paraît. D’après un sondage, dont Die Zeit se fait l’écho, 47 % des partisans des Verts trouveraient la chancelière Angela Merkel « sympathique ».
L’hebdomadaire centriste et libéral voit même plusieurs avantages à un éventuel rapprochement, dont celui de revivifier la démocratie en prouvant, « qu’au fond, tous les partis peuvent travailler ensemble ».
Le Monde 30/04/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.