Frelon asiatique : le point sur l’état de la lutte – Cartographie de sa présence en France et de son évolution

Sud-Ouest 06/05/2013 Par Jacques Ripoche

Frelon asiatique : le danger ne faiblit pas pour les abeilles

VIDEO. Denis Thiéry et l’unité santé et agroécologie du vignoble étudient le frelon asiatique depuis plusieurs années pour mieux le piéger. Le point sur l’état de la lutte

asofrelon

Denis Thiéry a mis 24 femelles en cage pour mieux les observer. Révélation : elles ne se battent pas entre elles. (Photo Thierry David)
Au centre Bordeaux Aquitaine de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), Denis Thiéry et l’unité santé et agroécologie du vignoble étudient le frelon asiatique depuis plusieurs années pour mieux le piéger. Avec lui, le point sur l’état de la lutte…

afrelon-asiatique-2012

1 Une forte présence dans la région
 Le frelon asiatique (Vespa velutina) est entré en France en 2004, près de Villeneuve-sur-Lot, en Lot-et-Garonne, dans un conteneur de bonsaïs en provenance de Chine. La première colonie a été identifiée par Jean Haxaire, correspondant régional du Muséum d’histoire naturelle. Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de Gif-sur-Yvette a déterminé qu’il n’y avait eu qu’un seul lieu d’introduction.

afrelon-nid

Depuis, l’insecte prédateur a largement agrandi son territoire, gagnant l’Italie et l’Espagne. En France, il atteint aujourd’hui sa limite nord au niveau de la forêt de Compiègne. Mais c’est en Gironde, dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques que l’on trouve le plus grand nombre de nids, chacun pouvant contenir plus de 5 000 individus. Cette forte présence s’explique par la proximité du lieu d’introduction combinée avec des conditions climatiques et hydrologiques favorables.
2 Les abeilles, un mets de qualité
Les chercheurs ont récemment mis en évidence le fait que le frelon asiatique n’attaque pas les ruches avant l’été. Les abeilles ne sont pas pour lui un plat unique : il se nourrit aussi de charognes et de déchets de poubelles qu’il trouve en abondance, notamment dans les agglomérations.

afrelon tueur

Par ailleurs, attaquer une ruche reste pour le frelon un acte risqué, car l’abeille se défend. S’il dispose ainsi de ressources alternatives, son attrait pour les butineuses suppose donc qu’elles lui apportent un élément « qualitatif » particulier. Sur ce point, Denis Thiéry avance l’hypothèse que le frelon trouve chez les abeilles des nutriments spécifiques qui favoriseront la naissance de femelles bien fécondes. « Mais, précise-t-il, on ne sait pas tout sur ses besoins nutritifs. »
3 Les effets limités du piégeage actuel
L’idée de base de la recherche était d’étudier le comportement alimentaire du frelon asiatique avec le but de mettre au point une phéromone permettant de le piéger. Mais également d’explorer toutes les pistes de nature à déréglementer le nid.
Il n’est pas exclu qu’une phéromone spécifique, sélective, c’est-à-dire qui n’attire que lui, soit disponible à plus ou moins court terme. L’Inra de Bordeaux et l’université de Tours y travaillent. « Seulement, Une molécule ne suffira peut-être pas pour être efficace, temporise Denis Thiéry. Il en faudra sans doute plusieurs. » Une phéromone de marquage en particulier, sur le modèle de celle que dans la nature les abeilles produisent pour signaler à leurs congénères une fleur appétissante.

afrelon piégage

afrelon-asiatique.jpg piegageEn attendant, les pièges traditionnels à base de protéines de poisson et de sucre continuent de fonctionner. Et plutôt bien. Mais, souligne le chercheur, « nous constatons que malgré les captures la prédation ne diminue pas ». Par ailleurs, une piste vient de se refermer : « On ne croit plus à la méthode du piégeage des fondatrices au printemps. » Peu efficace : « En cinq semaines, on a pris 78 frelons dans 25 pièges, alors qu’ils sont des milliers. »
4 Attaquer au cœur du nid

afrelon-asiatique1

L’analyse du comportement des frelons asiatiques par le laboratoire de l’Inra de Bordeaux, où notamment 24 femelles cohabitent en vase clos, a permis de montrer que, contre toute attente, il n’y a pas de compétition entre elles. Mais l’étude en captivité a ses limites : « On ne les tient pas plus de quarante jours », précise Denis Thiéry, alors que le cycle s’étale sur un an. L’idéal serait de pouvoir les observer directement dans le nid, grâce à des capteurs thermiques, des endoscopes, des microcaméras, etc.

afrelon-asiatique-sur-andernos-L-1

C’est faisable tant que le nid ne dépasse pas la taille d’un ballon de foot, au-delà ça devient dangereux. La stratégie de lutte qui semble désormais s’imposer consisterait à attaquer à la fin de l’automne pour empêcher les accouplements et donc la reproduction. Pas simple.
Affaire à suivre…
Vidéo
abeilles sous surveillance

afrelon abeilles sous surveillance

afreloncarte_2004-2009_def_mnhn

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Europe, Nature, Science, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.