François Hollande, impopulaire, veut accélérer les réformes

Un an jour pour jour après son élection, François Hollande a inauguré hier, devant un « séminaire » du gouvernement à l’Elysée, « l’an II » de son quinquennat avec deux priorités : accélérer le rythme des réformes et produire les premiers « résultats » concrets.
« Un an c’est court, mais quatre ans, ce n’est pas long, voilà l’enjeu ! », a lancé le chef de l’Etat devant 34 des 37 membres de l’équipe de Jean-Marc Ayrault réunis dans le jardin d’hiver du palais présidentiel, avant de partager un « déjeuner de travail ». Pour François Hollande, « l’année qui vient doit être celle des résultats », « sur le chômage, sur le logement, sur l’école, mais aussi le retour de la croissance, sur la maîtrise de la dépense et donc sur le niveau des prélèvements ».
Usant volontiers d’un vocabulaire martial, il a fait de la « bataille pour l’emploi » la mère de toutes les batailles. Au gouvernement, instamment prié de passer « à l’offensive », il a fixé deux autres objectifs, la jeunesse et la « préparation de l’avenir ». Le PM présentera ainsi « dans les prochaines semaines » un « plan d’investissement pour les dix ans qui viennent ».
 Devant les ministres, le chef de l’Etat a dit avoir trouvé l’an dernier un pays « rongé par les déficits, alourdi par la dette, affaibli par la perte de compétitivité, mais surtout hanté par l’augmentation continue du chômage depuis cinq ans ».
Toujours malmenés dans les sondages, MM. Hollande et Ayrault sont confrontés à un feu roulant de critiques sur leur gauche comme sur leur droite, mais aussi au désamour des Français. 76 % d’entre eux jugent le bilan de l’action du chef de l’Etat plutôt négatif un an après son élection.
Le Monde 07/05/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.