Grande-Bretagne – Les conservateurs britanniques à hue et à dia

Fini le temps de l’unité. La grande famille conservatrice britannique est désormais gagnée par la fièvre de la division.

L’objet de ce déchirement ? L’Europe.
Mercredi soir, 130 députés – dont 114 élus du Parti conservateur de David Cameron – ont  ainsi voté une motion l’adjurant de concrétiser sa promesse d’organiser un référendum sur l’Union europénne (le « non » a recueilli 277 voix).
La veille, pourtant, le premier ministre avait tenté de donner des gages aux eurosceptiques de son camp en acceptant la publication d’une proposition de loi pour l’organisation d’un vote populaire sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne d’ici à 2017. Cette initiative, louée sans retenue par le Daily Express, avait cependant peu de chances d’aboutir, les Tories ne disposant pas de la majorité absolue à la Chambre des communes et les libéraux démocrates, membres de la coalition au pouvoir, y étant opposés.
 Preuve des crispations qui agitent les rangs conservateurs, le ministre de la défense, Philip Hammond, et celui de l’éducation, Michael Gove, ont affirmé que si un référendum se tenait aujourd’hui, ils voteraient en faveur du brexit (sortie de l’Union), rapporte la BBC.
Comment expliquer ces convulsions internes ? Pour le Globe and Mail, cela tient avant tout à la percée du United Kingdom Independence Party (UKIP), farouchement antieuropéen, aux élections locales du 2 mai (23 % des voix). Naguère dans les limbes, l’UKIP, qui a glané au mieux 3,2 % des suffrages lors d’une élection générale (en 2010), jouit désormais d’une cote de popularité proche des 18 %. De quoi ébranler M. Cameron et les siens.
 Sévère, le Guardian dénonce le manque de leadership du premier ministre, qui, sous la pression de certaines « forces économiques », « flatte les obsessions » de sa formation. Même le Daily Telegraph, pourtant proche des conservateurs, y va de sa diatribe. Et vilipende « la fâcheuse habitude des Tories à l’autodestruction »
Le Monde 16 mai 213

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.