Animaux – Equidés – Scandale : les urgences abattoirs sont-elles des arnaques ?

imagesCAN2FKEX
Actu-animaux 27/05/2013
Voici cinq ans que nous assistons à des ouvertures d’associations qui se disent associations de protection des équidés et dont la seule activité est le » sauvetage » d’équidés de boucherie. Cela pourrait paraître louable mais comment ne pas s’étonner qu’il y en ait autant ? Comment ne pas s’étonner du nombre d’équidés qu’elles disent sauver et pour lesquels nous nous demandons quel avenir elles leur offrent ?
Placer tant d’équidés, les suivre tout au long de leur vie : l’impossible mission
En effet depuis 33 ans que nous, le CHEM, œuvrons pour la protection des équidés nous pouvons affirmer qu’il n’y a pas de solution pour placer autant d’équidés, montables ou non. Restant propriétaires de nos animaux placés, nous ne pouvons que constater qu’une famille d’accueil n’est pas systématiquement acquise pour toute la vie de l’animal (35 ans environ). A ce titre nous sommes régulièrement amenés à récupérer nos équidés et à les replacer. nous sommes régulièrement amenés à récupérer nos équidés et à les replacer.
Protection animale ou commerce d’équidés financé à l’insu des donateurs ?
Nous ne pouvons qu’être effarés de voir toutes ces associations vendre ces équidés, rachetés grâce à la générosité des personnes sensibles à cette cause, à des prix complètement exorbitants alors qu’ils ne leur ont rien coûté. Certains diront « ce n’est pas bien de les placer gratuitement » ou alors « il faut bien que ces associations vivent »… Mais dans ce cas parle-t-on bien de la protection des équidés car que sont-ils dans tous ça ?
Sauvés de la boucherie et revendus sur le bon coin !
Achetés pour être revendus sur le bon coin ou ailleurs, ils sont dans tous les cas proposés dans des termes bien peu en rapport avec la protection animale : on est clairement dans le cadre de transactions commerciales. Des annonces qui ne peuvent attirer que des personnes qui ont l’intention de rentabiliser leur dépense : il faudra que cet animal soit à la hauteur de ce que l’on attend de lui.
Sauvetage boucherie, remise au travail, mise à la réforme : un serpent qui se mord la queue
Pourquoi autant de chevaux à sauver de la boucherie ? Et bien en grande partie parce que dans toutes les activités équestres confondues, quand l’animal ne correspond pas à ce que l’on veut en faire, on en prend un autre. Revendre ces animaux, soi-disant pour les sauver, c’est fatalement les remettre dans ce circuit où leur seul droit de vivre sera de travailler.
Naïveté et ignorance des internautes, abandons et petits arrangements lucratifs sur le dos des chevaux, au mépris de toute éthique
La grande force de ces actions, qui amènent autant de personnes à donner de l’argent pensant faire une bonne action, c’est de toucher des personnes complètement étrangères à ce milieu et ignorant que certaines disciplines sont difficiles pour les chevaux. Il faut savoir qu’à court terme, n’étant plus assez « bons », tous ces chevaux rachetés dans l’unique but d’en tirer un avantage, n’intéresseront plus leurs nouveaux propriétaires. C’est alors, comme cela nous arrive régulièrement, qu’ils appelleront des gens comme nous en disant  » je ne peux plus garder mon cheval car il est boiteux, ou malade et je ne peux pas payer sa pension ou les frais pour le soigner car j’en prends un autre (tout neuf) », et de rajouter fièrement « je l’ai sauvé de la boucherie ».
La réalité c’est ça !
Une logique mercantile, des protecteurs dupés : ne nous voilons pas la face !
On peut lire sur les sites d’appels aux dons que les marchands, dont on ignore toujours qui ils sont (les marchands de chevaux sont déclarés et tout à fait joignables), imposent des délais si courts qu’il faut faire vraiment faire très vite pour les racheter. Tout cela est faux. Par contre pour chaque équidé racheté grâce à leur argent, les donateurs, pourtant soucieux de la condition animale, ignorent qu’ils en envoient un autre plus tôt que prévu aux portes des abattoirs. En effet le marchand n’arrête pas de travailler : quand on lui a racheté un cheval, il va aller en acheter un autre !
Associations de protection animale ou marchands de chevaux ?
Marchand de chevaux est une profession, il achète et il vend. En effet il vend à la boucherie, mais il a tout intérêt également à revendre dans le circuit d’équitation les équidés pouvant travailler car il les vendra plus cher qu’à la boucherie.
La plupart de ces associations font exactement la même chose, elles achètent et elles revendent. Elles vous font croire qu’elles protègent les chevaux jusqu’au bout en gardant 5% de la propriété des animaux ce qui totalement faux. Elles ne font que du commerce, à la différence du marchand qui lui achète les équidés avec ses deniers, ces associations le font avec l’argent des donateurs qui pensent sauver des animaux. C’est donc pire car, au passage, elles dupent toutes ces généreuses personnes ayant mis la main au porte monnaie.
Comment peut-on ne pas s’étonner de l’objet statutaire de bon nombre de ces associations qui est consultable par tous sur le net. J’ai pu lire « loueur d’équidés », « éleveurs », « nous faisons naitre des poulains pour les vendre et ainsi nourrir nos rescapés »… Franchement comment peut-on cautionner cela ? On s’étonne de ce nombre aussi inquiétant d’équidés en partance pour la boucherie et on en fait naitre d’autres?
Comment réguler ? Comme pour les chiens, les chats, en diminuant les naissances. Une association faisant de la protection ne peut à la fois cautionner l’élevage et mendier de l’argent sans cesse au motif qu’il y a toujours plus d’équidés à sauver !
Chaque jour des dizaines de signalements d’équidés en détresse : où sont ces associations ? 
Pourquoi tout au long de l’année nous ne croisons à aucun moment aucune de toutes ces associations à œuvrer pour la protection des équidés sur le terrain comme elles tentent de vous le faire croire. Nous sommes complètement surchargés de signalement d’équidés en détresse, en hiver une dizaine de signalements par jour et nous pourrions nous réjouir qu’autant d’associations voient le jour… nous serions ainsi plus nombreux, plus efficaces. Non pas du tout nous n’en croisons aucune, ce sont toujours les mêmes qui interviennent à nos côtés, les fondations bien connues.
Combien d’équidés sauvés de la boucherie se retrouvent dans le circuit de la maltraitance jusqu’à ce que mort s’en suive ?
L’année passée ce sont 150 équidés en grande détresse qui ont été recueillis par nos soins. Nous n’en avons achetés aucun. 150 équidés jeunes, pas des vieux boiteux comme on pourrait le penser et comme c’était le cas il y à quelques années. Parmi ces équidés bon nombre avaient été sauvés de la boucherie et mourraient à petit feu au fond d’un pré car on avait fini de jouer avec et leur propriétaire n’avait pas envie de dépenser le moindre sou pour cet animal qui n’avait le droit d’exister que parce qu’on lui grimpait dessus.
Depuis deux ans nous sommes également intervenus à plusieurs reprises au sein même d’associations de sauvetage d’équidés et avons été amenés à en retirer des équidés en très mauvais état.
Lire la suite
Comment savoir quelles associations travaillent vraiment pour la cause ?
Le cahier des charges d’une « bonne » association de protection des équidés
Le CHEM : 33 ans d’existence auprès des équidés maltraités
 Avant de donner : vérifiez les informations 
Associations loi 1901 : un écran bien pratique 
Il n’y a pas de plus en plus de chevaux qui partent à l’abattoir, il y a simplement de plus en plus de personnes qui profitent du système d’appels aux dons via le net. Sous couvert d’association loi 1901 elles tentent de faire croire qu’elles font de la protection animale mais elles ne font que du commerce.
 La moralité sera : Sauvez des chevaux mais sauvez bien. Ne cautionnez pas le commerce que vous croyez combattre. Ne donnez pas de l’argent à n’importe qui, ne cautionnez pas de la souffrance en pensant bien faire.
Vous souhaitez en savoir plus ? Vous connaissez le milieu des chevaux ? Vous souhaitez nous apporter votre témoignage ? Dès maintenant, contactez-nous (vous pouvez aussi nous envoyer un sms avec votre nom prénom et tel pour que l’on vous rappelle)06 72 42 18 51 ou 06 82 50 52 04. 

actu-animaux

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Internet, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.