Affaire Tapie : le CDR se porte partie civile

Le Monde 05/06/2013
Comme attendu, le Consortium de réalisation (CDR), entité chargée de gérer l’héritage du Crédit lyonnais, a annoncé mardi qu’il se constituait partie civile dans l’affaire Tapie-Adidas, ce qui va lui permettre d’accéder au dossier et d’y trouver éventuellement matière à dénoncer l’arbitrage rendu en 2008 en faveur de l’homme d’affaires.
« Si l’information judiciaire révélait une fraude dans la constitution du tribunal arbitral et/ou dans la mise en œuvre de la procédure d’arbitrage, le CDR […] aurait le devoir de le remettre en cause par toutes les voies de droit utiles », indique le CDR. La sentence d’arbitrage, qui a mis fin au contentieux sur la vente de l’équipementier sportif Adidas, avait attribué 403 millions d’euros à Bernard Tapie et aux liquidateurs de ses sociétés.
Cet arbitrage est aujourd’hui l’objet d’une instruction, qui a mené à la mise en examen, le 29 mai, d’un des trois juges du tribunal arbitral, Pierre Estoup, pour « escroquerie en bande organisée ».
En attendant un éventuel recours en annulation, la température ne cesse de monter autour de l’affaire, alimentée par un flot de déclarations qui cherchent à exonérer ou au contraire à mettre en cause tel ou tel.
Mardi, le PDG d’Orange, Stéphane Richard, a affirmé qu’il n’y avait eu à l’époque « ni ordre, ni instruction, ni pression particulière » de l’Elysée sur la décision d’un recours à l’arbitrage. Dans son édition de mercredi, Le Canard enchaîné affirme le contraire, sur la foi du même Stéphane Richard évoquant une « instruction » donnée lors d’une réunion par Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

abernardtapis

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Justice, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.